EMMANUEL ÉBOUÉ: « J’AI VOULU ME SUICIDER »

Dans un entretien accordé à « The Telegraph », Emmanuel Éboué a fait part du mal-être résultant de sa situation sportive.

Le 31 mars 2016, le joueur ivoirien a écopé d’une suspension d’un an sans pratique du football par la FIFA pour un défaut de paiement à son ancien agent. Le joueur qui venait de signer à Sunderland s’est donc vu licencier par la formation anglaise. Depuis lors, le joueur qui s’entraîne désormais avec une équipe semi-professionnelle en attendant la fin de sa peine, traverse une période désertique dans sa vie.
« ‎Il y a beaucoup de jours où je n’ai pas la force de sortir de mon lit. Un jour j’ai voulu me suicider, mais j’essaye de rester fort pour ma famille, si j’avais été seul je me demande ce que j’aurais bien pu faire », confie le joueur à « The Telegraph ».

Le joueur ivoirien avoue en effet traverser une période délicate et même la plus difficile de sa vie professionnelle. Un moment d’autant plus difficile que le joueur ne fait pas l’objet d’un grand soutien de la part de ses paires. ‎

Si le joueur est, en l’état actuel des choses, sans doute à l’abri du besoin, il souffre d’un véritable état de solitude. Alors qu’on pourrait penser que les footballeurs constituent une grande famille, Emmanuel Éboué, depuis sa suspension, lui n’en fait pas grande expérience de cet esprit de famille et de solidarité. ‎Et, cette absence de soutien est encore plus difficile à vivre lorsqu’elle émane de ses « frères » ivoiriens. Excepté Didier Drogba et quelques rares qui ont soutenu l’éléphant, pas grand monde…

Le joueur ne manque d’ailleurs pas de le faire savoir, «‎ Quand Kolo Touré était sous le coup d’une sanction, je parlais toujours avec lui. Il a eu quelques difficultés au Celtic, c’est pourquoi je comprends qu’il ne soit pas plus en contact avec moi. Je ne vais rien dire de méchant sur lui. Tous ces joueurs sont mes grands frères. Je sais qu’ils connaissent mon problème et j’espère qu’un jour ils m’appelleront. Bien sûr que je suis déçu. Je pensais avoir des amitiés fortes et qu’ils resteraient mes amis dans les temps difficiles. Mais c’est la vie ».

Ce manque de présence est bien là preuve que finalement dans le monde du football comme partout ailleurs, c’est quand on est au plus bas qu’on découvre qui sont les vrais amis. ‎

Avec le talent qui est le sien, on espère très vite revoir le joueur ivoirien sur les terrains professionnels.

Commentaires

commentaires