TROP BLANCHE POUR DES TRESSES

Nick Harris est un jeune barbier afro-américain et père d’une magnifique petite fille métisse, Izzy. Fier d’avoir fait des tresses à sa douceur de filles, il prend une photo et l’envoi à la maman de la petite fille, blanche bien sûr. Alors que tout le monde aurait trouvé cela super mignon, la mère non, bien au contraire, elle va faire montre d’une réaction profondément raciste.

Selon celle qui serait la mère de la petite princesse, babymom, les tresses font trop noire, or leur fille non. Le père s’empresse de dire à la maman qu’étant noir lui même, sa fille l’est également. Il adresse ce message à la mère «‎Ta fille est métisse ma belle.. Elle sera toujours à moitié noire. Je la traite comme une princesse et c’est pourquoi ses cheveux sont faits au lieu d’être en chantier. Ça m’étonne vraiment de voir que tu détestes une moitié de ta fille. Elle n’est pas plus blanche ou plus noire. Elle est métisse, un magnifique bébé aux origines mixées dont les cheveux sont magnifiques coiffés de toutes les façons», ce à quoi elle répond «Mon enfant ‎est plus blanc à mes yeux, pas complètement noir alors elle n’a pas besoin de cette coiffure moche».

L’histoire publiée par le père sur la toile a été partagée plus de 12000 fois. Et si certains ont fustigés l’attitude de la mère, à raison d’ailleurs, cette histoire soulève une réalité sociale à laquelle sont confrontés plus souvent qu’on ne le pense les métisses, la question de l’identité culturelle, de l’appartenance. En effet, tôt ou tard, les enfants issus de cette mixité sont confrontés à des situations personnelles, des indications, orientations familiales qui vont mener à choisir une partie au détriment de l’autre. Cette réalité mériterait analyse. ‎

Commentaires

commentaires

Archives

%d blogueurs aiment cette page :