SÉNÉGAL : LA NATIONALITÉ FRANÇAISE PLUS ACCESSIBLE AUX TIRAILLEURS

Les tirailleurs sénégalais, un terme qui désigne l’ensemble des soldats recrutés dans les colonies françaises en Afrique subsaharienne et à Madagascar, pour soutenir l’armée française. De 1857 à 1960, les corps des tirailleurs comptaient plus de 180000 mobilisés. Ils se sont combattus aux côtés de la France lors des guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie et ont contribué à la libération de la France sous l’occupation lors de la Seconde guerre mondiale.

France ingrate ! A-t-on envie de dire, lorsque ces tirailleurs aujourd’hui réclament leurs droits et que l’État français refuse de leur attribuer une pension sous prétexte qu’ils ne résident pas sur le sol français. France manipulatrice, qui n’a eu aucun scrupule à éliminer certains de ces tirailleurs pour se garder de payer des pensions trop lourdes. France de peu de mémoire, que s’est insurgée de savoir Black M, descendant du tirailleur Alfa Mamadou Diallo, inviter à chanter à Verdun, sous prétexte qu’une insulte à la mémoire des anciens combattants.

Depuis toujours les tirailleurs se battent pour que leurs droits soient reconnus. Plusieurs d’entre eux demandent la naturalisation, mais la démarche du parcours du combattant pour ceux-là même qui ont servi la France. Aissaita Seck, petite-fille de tirailleurs sénégalais, suit depuis plusieurs années des demandes de naturalisation déposées par ces anciens soldats. Son retour est pour le moins attristant : « sur les 30 ayant entrepris ces démarches à Bondy, 29 ont essuyé un refus. » explique-t-elle. Cette dernière a lancé une pétition, à laquelle plusieurs personnalités comme Omar Sy, Jamel Debbouze ou encore l’ancien ministre Jack Lang ont adhéré.

François Hollande, qui recevait le président sénégalais Macky Sall, s’est quant à lui engagé à assouplir les conditions d’octroi de la nationalité française à ces soldats aujourd’hui très âgés. « J’ai demandé qu’il y ait des instructions très claires qui soient données pour qu’il y ait toutes les facilités pour leur permettre d’accéder à la nationalité française » a-t-il déclaré le 20 décembre dernier. «Il n’y a pas plus belle reconnaissance que de pouvoir accueillir ces anciens combattants dans la nationalité française ». a-t-il conclu.

« L’absurde, inefficace et injuste obligation de résidence qui est faite à ces anciens combattant prendra ainsi fin, et ces hommes pourront finir tranquillement leurs existences auprès de leurs familles » a déclaré le directeur de l’association bordelais Mémoires et Partages qui militait pour cette reconnaissance de la France. Même si celle-ci est un peu « tardive » pour ces hommes désormais très âgés.
NegroNews

Commentaires

commentaires

Archives

%d blogueurs aiment cette page :