PARIS AUX COULEURS DU SÉNÉGAL POUR ACCUEILLIR LE PRÉSIDENT MACKY SALL 

​Le chef d’État du Sénégal a quitté Dakar dimanche matin pour se rendre à Paris. Macky Sall est en France pour une visite d’État de quelques jours, une première pour un président sénégalais depuis 1985, après celle d’Abdou Diouf. Pour son accueil, la ville de Paris s’est mise aux couleurs rouge-jaune-vert du drapeau du Sénégal. Dans toute l’allée des Champs-Elysées, sur la mairie et les grands édifices de la capitale française, on retrouve le drapeau sénégalais.
 
Un programme très chargé attend le président sénégalais qui s’est rendu d’abord ce lundi à Strasbourg pour visiter l’entreprise Alstom, chargée de la construction du train express (TER) qui rejoindra Dakar au nouveau aéroport international Blaise Diagne (AIBD). Pour l’heure, quelques trains ont été commandés auprès de l’enseigne française. Ces trains auront la particularité d’être hybrides. Ainsi, ils seront à la fois diesel et électriques. Cependant l’entreprise française est restée discrète quant au montant du contrat.
 
Grâce au TER, Macky Sall aspire à faire booster les choses en dotant le pays de plus de modernité digne des plus grandes villes du monde et ainsi être en phase avec sa quête de rendre le pays émergent. Il sera un modèle de modernité, affirme-t-il. Avec une vitesse de pointe de 160 km/h, ce train reliera l’axe Dakar au nouvel aéroport en un temps record. Il s’agit d’une grande avancée pour le pays qui permettra un trafic plus fluide. 
 
Aujourd’hui, il assistera à un hommage militaire aux Invalides qui sera suivi d’un entretien avec le président François Hollande en présence des présidents du Sénat et de l’Assemblée, et enfin, une cérémonie officielle à la mairie avant le grand dîner d’État le soir à l’Elysée. S’en suivra ensuite des entretiens avec la communauté sénégalaise en France. 
 
Cette visite permettra au pays de la Téragan de mettre en exalte ses atouts, sa culture et sa croissance. La visite d’État du président Sall sera aussi marquée par un concert à Paris du roi du «Malakh», l’international Youssou Ndour.

Commentaires

commentaires