17 DÉCEMBRE 2011 : CESARIA EVORA, LA CHANTEUSE QUI POPULARISA LA MORNA, NOUS QUITTAIT

Cesária Évora, née le 27 août 1941 à Mindelo sur l’île de São Vicente au Cap-Vert et morte dans cette même ville le 17 décembre 2011, est une chanteuse capverdienne. Elle est surnommée La Diva aux pieds nus, surnom dû à son habitude de se produire pieds nus.

Avec sa voix rauque, elle a popularisé la morna, musique du Cap-Vert, auprès du grand public mondial.

Première carrière

Issue d’un milieu très modeste, elle est élevée par une mère cuisinière, Dona Joana, avant d’être placée en orphelinat au décès de son père, Justino da Cruz Évora, guitariste et violoniste occasionnel, alors qu’elle n’avait que 7 ans. À la mort de B. Leza en 1958, parent de Cesária et compositeur de morna, la musique traditionnelle du Cap-Vert, elle commence véritablement sa carrière de chanteuse. Avec Eduardo, un guitariste portugais père de son deuxième enfant, elle se produit dans les bals populaires. Elle chante souvent tard, dans des bars où sa rémunération se résume souvent à quelques verres.

Après avoir été abandonnée par Eduardo, elle trouve en Ti Goy (Gregório Gonçalves), compositeur reconnu de vingt ans son aîné, un mentor qui lui permet d’entrevoir un avenir tourné vers la musique. Elle enregistre ses premières chansons au milieu des années 1960, pour la radio Barlavento. Deux 45-tours voient le jour, sa réputation grandit au sein de l’archipel, mais sa vie n’est pas chamboulée pour autant et elle continue de vivre modestement avec sa mère et ses enfants.

L’indépendance du pays est reconnue en 1975.

Son silence dure dix années, et c’est à l’occasion des célébrations des dix ans de l’indépendance du Cap-Vert que Cesária Évora remonte sur scène, le 8 mars 1985. La gloire n’est toujours pas au rendez-vous, mais les perspectives semblent meilleures. Deux ans après, elle confectionne son premier album solo et donne quelques concerts aux États-Unis. Mais Cesária Évora monte souvent sur scène en état d’ébriété et l’absence d’entourage professionnel solide limite ses perspectives de véritable carrière internationale.

Carrière internationale

C’est en 1987 que sa carrière est prise en main par José da Silva, cheminot français dont la famille maternelle est originaire de Mindelo, qui l’a entendue dans une boîte cap-verdienne de Lisbonne et en est sorti bouleversé. Paraît alors l’album La Diva aux pieds nus qui contient une coladeira aux accents de zouk, Bia Lulutcha, qui devient un tube dans la communauté cap-verdienne.

Son deuxième album, Distino di Belita est un échec, Mar Azul, totalement acoustique, sort fin 1991 et sa carrière démarre vraiment d’abord à Angoulême, puis au New Morning de Paris. Mais c’est avec l’album Miss Perfumado sorti en 1992 et la chanson Sodade. Cette chanson parle du travail forcé des Cap-Verdiens obligés de travailler dans les plantations de cacao de Sao Tomé-et-Principe par le pouvoir colonial portugais.
De 1992 à 1999, Cesária Évora mène une carrière internationale, elle chante avec Caetano Veloso, Marisa Monte, travaille pour Emir Kusturica, ou avec Linda Ronstadt.
En 1999, l’album Café Atlântico est le plus vendu de tous ses disques (770 000 exemplaires).

En 2004 Cesária Évora reçoit un Grammy Award du meilleur album world music pour l’album Voz d’Amor (400 000 exemplaires vendus) et une Victoire de la musique, la deuxième, après celle de 1999 pour Café Atlântico. Elle participe cette même année à l’album Gaïa pour la préservation de l’environnement, où elle interprète Jangadéro, composée par Alan Simon.

À ce jour, Cesária Évora a vendu 4,5 millions de disques, dont 2 millions en France.

Fin de vie

En septembre 2011, Cesária Évora décide de mettre fin à sa carrière et d’annuler les concerts à venir suite à des problèmes de santé. Elle avait déjà subi plusieurs opérations chirurgicales dont une opération à cœur ouvert en mai 2010. Cesária Évora meurt le 17 décembre 2011 à l’hôpital Baptista de Sousa, à São Vicente, des suites d’une insuffisance respiratoire.

Vie privée 

Cesária Évora ne s’est jamais mariée et a toujours vécu chez sa mère. Elle a eu quatre enfants, tous de pères différents.

Honneurs

La République du Cap-Vert a rendu hommage à Cesária Évora avec une série de trois timbres émis en 2003.
En 2009, Cesária Évora est faite Chevalier de la Légion d’honneur par Christine Albanel.

Source : Wikipedia

Commentaires

commentaires

skyali_slider:
10036
skyali_spotlight:
10036

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *