BOKO HARAM : DES ENFANTS UTILISÉS COMME BOMBES HUMAINES

7 – 8 ans ! C’est l’âge qu’avaient les kamikazes de la dernière attaque orchestrée par Boko Haram. Dimanche matin dans un marché de grande affluence de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, deux fillettes arrivent sur les lieux, l’air paisible. « Les fillettes sont descendues d’un pousse-pousse et sont passées devant moi sans trahir une quelconque émotion » a témoigné un passant à l’AFP. Les deux enfants vont se fondre dans la masse de façon naturelle. Qui aurait pu soupçonner deux enfants l’air innocent de vouloir se faire exploser ?

Abdulkarim Jabo, un membre des milices civiles de la capitale du Borno qui était présent sur place, semble s’inquiéter pour les fillettes qu’il croit perdu et tentera même d’aborder l’une d’elles «J’ai essayé de parler à l’une d’elles en haoussa et en anglais, mais elle n’a pas répondu. Je pensais qu’elles cherchaient leur mère », comme il en témoigne. « Elle s’est dirigée vers des vendeurs de volailles et a déclenché sa ceinture d’explosifs » conclura-t-il.  Alors que les vendeurs se précipitent vers les blessés pour leur porter secours, la deuxième fillette enclenche sa ceinture et se fait exploser.

À l’arrivée des secours les blessés et les kamikazes sont évacués, déterminant ainsi le bilan de l’attaque.  Nous avons évacué 17 personnes, avec différents degrés de blessures (…), Les corps mutilés des deux kamikazes ont aussi été évacués » a indiqué Bello Dambatta, de l’agence locale de gestion des urgences (Sema). Le gouverneur de l’État du Borno, Kashim Shettima, s’est rendu à l’hôpital où ont été conduits les blessés et a affirmé aux journalistes présents que ce double attentat-suicide avait fait un mort et 18 blessés.

Depuis 2009, les attaques de Boko Haram ont fait 20000 morts et 2,6 millions de déportés. L’organisation terroriste organise des enlèvements de femmes et d’enfants, qu’ils utilisent ensuite comme objets sexuels ou bombes humaines. Les 219 lycéennes de Chibok, enlevées en avril 2014, sont devenues le symbole de ces kidnappings massifs. Pourtant, le président Muhammadu Buhari a affirmé cette semaine en avoir « bientôt fini » avec le groupe djihadiste, lors du sommet régional pour la sécurité à Dakar.

NegroNews

Commentaires

commentaires