QUE NOUS FAIT YAHYA JAMMEH?

Yahya Jammeh qui jusque-là semblait nous donner une leçon de démocratie a décidé de donner une autre tournure aux événements. En effet ce vendredi 9 décembre il a annoncé qu’il ne reconnaissait pas les résultats de l’élection présidentielle du 1er décembre. Cette déclaration survient une semaine après qu’il ait publiquement reconnu sa défaite face à Adama Barrow.

Le président sortant a été clair et précis dans ses mots « Tout comme j’ai loyalement accepté les résultats, en croyant que la Commission électorale était indépendante, honnête et fiable, je les rejette dans leur totalité », et d’ajouter « Laissez-moi répéter : je n’accepterai pas les résultats sur la base de ce qui est arrivé ». Aussi, il appelle a l’organisation d’une autre élection « dirigée et présidé par des personnes qui craignent Dieu »… la grosse blague…

Quand on sait que la passation de service n’a pas encore été faite, ce rebondissement étonnant compromet fortement le processus démocratique en Gambie. Le président sortant affirme « Des erreurs ont été constatées par nos enquêtes. Le nombre de carte d’électeurs ne coïncide pas avec le nombre de votants. Toutes les parties ont été appelées par la CEI pour leur informer de la décision ».

Le candidat Adama Barrow, vainqueur des élections qui jusque-là n’a pu avoir accès aux médias gambiens affirme sur la chaîne de télévision privée sénégalaise TFM :  » Ce n’est pas à Yaya Jammeh de contester les résultats mais à la commission qui a mené à bien la tenue de ces élections et qui a permis le décompte des voix concluant à notre victoire. » Pour lui, les résultats sont « clairs et incontestables ».

L’armée a été déployée à des endroits stratégiques de la capitale, sans doute pour éteindre toutes les velléités de contestation qui pourraient naître du fait de cette annonce. La CEDEAO de son coté se préparerait à envoyer a Banjul des Chefs d’Etats en guise de médiateurs pour régler le conflit naissant.

Commentaires

commentaires