[ACTUALITÉ] LUDOVIC BOUMBAS : LE HÉROS DU 13 NOVEMBRE

Le 13 novembre 2016, le monde entier s’émouvait après les attentats qui ont touché la France en plein cœur de la région parisienne. Alors que les attaques ont été perpétrées aux abords du stade de France en premier lieu, au restaurant Le Petit Cambodge et au bistrot Le Carillon de façon simultanée, juste après, touchant ensuite la Brasserie Café Bonne Bière et le restaurant Casa Nostra pour clôturer le carnage dans la grande salle de concert du Bataclan.

Les attentats-suicides ont fait 130 morts et 413 blessés. Une vague de solidarité a été observée à travers le monde notamment via les réseaux sociaux avec le hashtag #prayforparis. Un élan de solidarité a été observé pendant les attaques, où des résidents à proximité des lieux de fusillades ont ouvert leurs portes à ceux-là qui avaient pu s’échapper, d’autres rescapés se sont précipités pour venir en aide aux blessés en attendant l’arrivée des secours. Mais des témoins resteront marqués par le courage et l’acte héroïque de Ludovic Boumbas.

Lillois de naissance, originaire de la République Démocratique du Congo, Ludovic Boumbas venait d’avoir 40 ans. Alors qu’il fêtait un anniversaire sur la terrasse du restaurant La Belle Équipe, les terroristes ont fait irruption, tirant ainsi à l’aveugle pour faire le plus de victimes possible. L’ingénieur en informatique, dont les amis vantent unanimement l’infinie bonté, aura été bon jusqu’à la mort, en s’interposant entre les balles des assaillants et une de ses amies présente à ses côtés. Et son ami Damien le redira : « Ce dernier geste qu’il a eu, c’est tout à son honneur. Cela témoigne de la noblesse avec laquelle il agissait chaque jour. Il a vécu en grand, il est parti en grand » en hommage à son courage.

Et il ne sera pas le seul, car à Lille, pour Ludovic Boumbas qui avait déjà reçu la médaille de la ville à titre posthume en décembre 2015, Martine Aubry, maire de la ville, vient d’inaugurer la plaque qui porte le nom de ce héros, sur le parvis du flow, qui sera désormais le « parvis Ludovic Boumbas, victime des attentats terroristes du 13 novembre 2015 à Paris », comme on peut y lire.car pour Martine Aubry, il « ne fallait pas oublier cet homme courageux », dont les jeunes générations présentes pour l’inauguration pourront demain raconter l’histoire.

« Il y a deux jours dans une année où l’on ne peut rien faire. Ils s’appellent hier et demain. Aujourd’hui est le jour idéal pour aimer, croire, faire et principalement vivre. », dit cette phrase du dalaï-lama qui résumait sa philosophie de vie . Mais pour sa famille, la ville de Lille et tous ceux qui partagent de valeurs d’amour pour l’humain, « hier », « demain » et même aujourd’hui il portera à jamais un beau message d’amour et d’humanité et cette plaque le rappellera toujours à l’histoire quelques fois ingrate.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Archives

Fermer

%d blogueurs aiment cette page :