[ACTUALITÉ] AFFAIRE TRAORÉ : UN CLIMAT DÉLÉTÈRE S’INSTALLE

 

Le 19 juillet dernier, lors de son interpellation dans la commune de Beaumont-sur-Oise, Adama Traoré alors âgé de 24 ans, est décédé suite à un malaise cardiaque, selon la version officielle soutenue par les gendarmes et la mairie de ladite commune. Alors qu’un conflit s’est clairement installé entre la municipalité de Beaumont-sur-Oise et la famille du défunt qui dénonce une « bavure policière », les choses s’enveniment avec deux nouvelles arrestations, plus que surprenantes.

Le 17 novembre, alors que la maire Nathalie Groux avait décidé de convoquer un conseil municipal pour statuer sur une éventuelle prise en charge de ses frais de justice, contre la sœur d’Adama : Assa Traoré, qu’elle a décidé de poursuivre pour des faits de diffamations, menaces de mort et outrages. Car cette dernière avait déclaré lors d’une émission sur Canal+ « la maire a choisi son camp et de quel côté elle se met (…) du côté de la violence policière ». Tout cela suite au refus de la maire à autoriser des marches blanches et d’autres actions d’hommage et de protestation contre la violence policière.

Alors que la famille Traoré et leurs soutiens décident d’assister au conseil municipal, en protestation à l’action en justice de la maire contre Assa Traoré, l’opposition refuse de siéger et le conseil est alors annulé. Les choses dégénèrent à l’extérieur, car « Assa Traoré se montre véhémente, des cris et slogans retentissent de l’extérieur dont :  »on veut rentrer ». Les individus les plus virulents tentent de forcer le passage. Une policière municipale reçoit un coup de poing au visage alors qu’elle vient de disperser au gaz, des assaillants » révèle un procès-verbal que le journal Le Monde a pu consulter.

Mais alors que les images des vidéos surveillances ne permettent d’identifier distinctement ni Bagui Traoré frappant la policière, ni Youssouf Traoré dans les violences tant verbales que physiques, huit gendarmes affirment tout de même que les deux frères sont les auteurs des faits d’outrage et de l’agression de la policière municipale. Les deux hommes sont alors interpellés le 22 novembre et placés en détention provisoire, en attendant leur jugement.

NegroNews

Commentaires

commentaires