[MUSIQUE] MC SOLAAR : ET LA FRANÇAISE DES JEUX : L’HISTOIRE D’UN SUCCÈS

Vous le connaissez sans doute à travers des tubes tels que : « Bouge de là »« qui sème le vent récolte le tempo ». Vous avez deviné, juste il s’agit de Claude M’Barali plus connu sous le pseudonyme de Mc Solaar. Née en 1969 à Dakar, ce rappeur mythique que l’on surnomme aussi le ‘’le Parrain’’ est l’un des précurseurs du rap français, en attestent tous ceux qui ont vibré sur ses tubes. Mais peu de gens savent qu’il doit son succès énorme à un coup de chance.

De père et de mère tchadiens, le jeune Claude débarque en France après une situation politique trouble dans son pays d’origine. Bac en poche Solaar scinde sa vie en deux : le jour il étudie la philosophie et les langues à la Fac de Jessieu, la nuit il rappe, tague ou écrit comme le rapporte le magazine GrenRoom. C’est dans cette harmonie parfaite entre les études et l’art que naîtra une amitié déterminante pour la carrière du jeune Mc : il s’agit de celle de Christophe Viguier aka Jimmy Jay, jeune Dj vainqueur du championnat de Djing en France en 1989. Jay dira plus tard : « [Claude] aimait bien la musique, moi j’aimais bien ses textes. On a sympathisé puis on a fini chez ma mère, dans la cave, à enregistrer ».

La vie n’étant pas toute rose pour Claude et Jay, c’est autrement que les deux jeunes vont financer leur succès. Ce qui peut paraître peu probable aujourd’hui, ne l’était hier : le hasard faisant bien les choses, les deux compères décident un jour banal de jouer au loto : « pas de bol » pour Claude (mais sans plus, c’est la routine), contrairement à Jay Jimmy qui réussit à aligner cinq bons numéros et empoche ainsi la coquette somme de 300 000 francs, l’équivalent de 45000€ une petite fortune pour un gamin de 17 ans à l’époque. Somme avec laquelle il ouvrira son studio, un studio qui par la suite studio produira les maquettes de Solaar, mais aussi celles de Ménélik, des Sages Poètes et même de Fabe, futur membre de la Scred Connexion. C’est de la française des jeux, de la Baraqua de Jimmy Jay et son studio que partira une partie du ‘’ qui sème le vent récolte le tempo ‘’.

Le Roi Solaar qui a connu une notoriété bien au-delà de ses frontières a influencé beaucoup de générations grâce à la particularité de ses textes moins violents et sa manière de raconter les histoires. Même le rappeur Will.I.am confit : « à l’époque à L.A il fallait préférer Mc Solaar à Tupac pour être branché ».

Une certitude; l’interprète de « Solaar pleure » est indéniablement l’un des plus grands rappeurs, en juger à travers le talent et d’innombrables récompenses acquises au fil des années.

NegroNews

Commentaires

commentaires