​[ POLITIQUE ] LE PRÉSIDENT DU TCHAD FAIT UN APPEL POUR SE DÉBARRASSER DU FRANC CFA 

Plus de soixante-dix ans depuis sa création, le franc CFA règne plus que jamais  dans les ex-colonies africaines de la France. Cette monnaie est pourtant très critiquée par les plus grands économistes africains. Mais en vain car les dirigeants des États concernés ne veulent pas remédier à ce problème, clé de voûte de la Françafrique, parce qu’ils en profitent et parce qu’ils ont peur de la France .

Malheureusement pour ces pays l’idée de se débarrasser de cette monnaie nazis sera synonyme de chute économique à fréquence très athlétique pour ces économies respectives. Le but de cet esclavage économique n’a de finalité positive que pour la France.  Malheureusement peu sont ceux qui osent s’y prononcer de peur de représailles nul ne sait.

Le président du Tchad qui s’avère être beaucoup plus visionnaire, appelle l’Afrique à « frapper sa propre monnaie » et à se débarrasser du Franc CFA qui est nuisible.

« il y a aujourd’hui le FCFA qui est garantit par le trésor français. Mais cette monnaie là, elle est africaine. C’est notre monnaie à nous. Il faut maintenant que réellement dans les faits, que cette monnaie soit la nôtre pour que nous puissions, le moment venu, faire de cette monnaie une monnaie convertible et une monnaie qui permet à tous ces pays qui utilisent encore le FCFA de se développer. Je crois que c’est une décision courageuse que nos amis français doivent prendre .

L’’Afrique, la sous-région, les pays africains francophones aussi, ce que j’appelle aujourd’hui la coopération monétaire avec la France, il y des clauses qui sont dépassés, ces clauses là, il faudra revoir, dans l’intérêt de l’Afrique, et dans l’intérêt aussi de la France. Ces clauses tirent l’économie de l’Afrique, ces clauses ne permettront pas à l’Afrique avec cette monnaie là de se développer. On a pas besoin de chercher de midi à 14 heures.

Nous allons continuer à coeur l’amitié sincère avec la France. Mais il faudra avoir le courage de dire que le moment est venu de couper un cordon qui empêche à l’Afrique de décoller. Nous avons la possibilité de frapper notre monnaie comme nous voulons. Le Franc CFA aujourd’hui c’est du papier. En deux ans, ça devient du chiffon, on peut même pas l’utiliser. Ça coûte cher pour frapper une monnaie, l’Afrique, les pays qui sont concernés doivent avoir la possibilité de faire un appel d’offre au meilleur offrant à qui l’on doit s’adresser pour frapper notre monnaie et cette monnaie doit être large sur toutes ses formes. Cette question n’est pas un tabou. ».

Comme quoi il est l’un des seuls à voir les retombées négatives de systèmes plus que pesant à l’opposé de ces paires qui sombrent toujours dans ce même mutisme systématique.

NegroNews

Commentaires

commentaires