[POLITIQUE] LIBYE: KADHAFI MORT POUR LA SOUVERAINETÉ AFRICAINE

Les e-mails déclassifiés de Hillary Clinton sont définitivement très édifiants.

De quoi s’agit-il cette fois? De la Libye de Kadhafi. Il a été mis en lumière par le moyen de l’«emailgate» d’Hillary Clinton que l’intervention en Libye a été menée pour des questions d’intérêts pures et simples. Ainsi, ceux-ci (les emails) font état de la méfiance américaine vis-a-vis des motivations du locataire de l’Elysée, à savoir Nicolas Sarkozy pour une intervention en Libye en 2011.

Si certains défenseurs des droits de l’homme ont vu en l’intervention française une aspiration humaniste, ce qui va suivre va les faire déchanter. En effet, selon des e-mails publiés de la candidate déchue à la présidentielle américaine, alors qu’elle était Secrétaire d’Etat, il y est fait état de la réticence américaine à soutenir l’action française.

En consultant ces mails disponibles sur le site du département, on y voit une correspondance de Sydney Blumenthal, conseiller non officiel d’Hillary Clinton qui parle d’intérêts politiques, stratégiques, économiques, mais également de l’existence d’un trésor en or franc et massif, celui-ci serait alors estimé à 7 milliards de dollars. Et bien que ses informations aient été remises en cause par certains, David Ignatus du Washington post affirme que Sydney Blumenthal les tiendrait d’un ancien agent de la CIA.

La guerre menée contre le guide libyen était donc purement politique et stratégique? C’est en tout cas ce qu’on peut lire dans un mail d’Hillary Clinton datant du 02 avril 2011. Celui ci dit en substance que « le gouvernement de Kadhafi détient 143 tonnes d’or et une quantité similaire d’argent[…] cet or a été accumulé avant la rébellion actuelle et était destiné à être utilisé pour établir une monnaie panafricaine basée sur le dinar or libyen. Ce plan a été conçu pour proposer aux pays d’Afrique francophone une alternative au FCFA».

Le conseiller non officiel d’Hillary Clinton et par ailleurs ancien collaborateur de Bill Clinton lorsqu’il était à la maison blanche y ajoute que « C’est l’un des facteurs qui ont influencé la décision du président Nicolas Sarkozy d’engager la France dans une attaque de la Libye », cela semble alors plus clair et pourrait certainement justifier la difficulté française à obtenir le soutien américain.

On peut y ajouter entre autres comme motivation de Nicolas Sarkozy le désir d’obtenir une plus grosse part du pétrole libyen, mais aussi la possibilité d’offrir à l’armée française une occasion de rétablir sa position d’antan dans le monde.

Finalement en politique il est, osons le dire, exclusivement question d’intérêt.‎

NegroNews

Commentaires

commentaires