​[ ACTUALITÉ ] DERRIÈRE LES MASSACRES AU BENI, DES TRACES POLITIQUES

Beni est un territoire du nord-est de la République démocratique du Congo, située à proximité du Parc national des Virunga, sur le plateau du mont Ruwenzori, en bordure de la forêt de l’Ituri. Connu pour être victime de plusieurs massacres depuis plus de deux ans.

Depuis plus de deux c’est le chaos total dans cette ville. Difficile d’y vivre sans la crainte de se faire tuer, sans aucune protection en plus du mutisme complice des élus administrateurs qui sont censés être garant de la paix et la sécurité des gens. Plusieurs rapports d’experts ou de chercheurs, sans exonérer les ADF de leurs responsabilités, affirment que ceux-ci bénéficient de complicités locales c’est-à-dire le gouvernement.

Pour le maire de Beni, « des Ougandais qui se mettraient à tuer les Congolais, ça ne s’explique pas. Pourquoi et comment un groupe de rebelles ougandais peut-il se mettre à tuer impunément et sans distinction d’âge, de sexe, de profession ou bien de religion les citoyens congolais, c’est la question que tout le monde se pose ce phénomène peut cesser d’être défini ou appelé comme un groupe rebelle ougandais basé au Congo et il est possible qu’il y ait des mains politiques congolaises derrière ce phénomène »

Comme quoi ni les ONG ni l’État n’est en mesure d’éradiquer définitivement ce fléau ou pire ne semble être affecté par ce problème récurrent dont les conséquences s’alignent par ordre croissant de gravité.

Les séries d’enlèvements (environ un millier de personnes dont on est toujours sans nouvelles), les viols et ces autres crimes mémoriels perpétués dans cette localité doit finir . Ce regain de violence devrait cesser et pour que cela se fasse l’implication de tous est plus que nécessaire.

Commentaires

commentaires

Archives

%d blogueurs aiment cette page :