[ACTUALITÉ] LE BURUNDI QUITTE LA CPI

Il a fallu moins de 24 heures au parlement burundais pour rompre avec la Cour pénale internationale (CPI). Soumis au vote de l’Assemblée nationale, mercredi matin, le texte en faveur du retrait de la CPI a été adopté à une écrasante majorité : sur les 110 députés présents, 94 ont voté oui, 14 se sont abstenus et 2 ont voté contre. Le texte a aussitôt été présenté au Sénat et adopté à l’unanimité.

Le texte doit encore être signé par le Président Pierre Nkurunziza, déclenchant un processus de retrait qui pourrait prendre un an. Pour justifier sa position, Gabriel Ntisezerana un député proche du gouvernement, a indiqué que la CPI, institution basée à La Haye, n’est rien d’autre qu’un « instrument politique utilisé par les grandes puissances pour chasser du pouvoir qui elles veulent sur le continent africain ».

Le texte sur le retrait de la CPI sera dans les prochains jours examiné par le Sénat qui, d’après des observateurs, ne s’y opposera pas non plus à cause de la présence dominante des partisans du parti au pouvoir, le CNDD-FDD. Si le oui l’emporte, le texte sera alors promulgué.

Le Burundi a connu une crise politique qui a éclaté en avril 2015, après la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat.

NegroNews

 

Commentaires

commentaires

full_width_postthemeloy_checkbox:
0
reviewtitlethemeloy_text:
criteria1themeloy_text:
criteria1themeloy_slider:
0
criteria2themeloy_text:
criteria2themeloy_slider:
0
criteria3themeloy_text:
criteria3themeloy_slider:
0
criteria4themeloy_text:
criteria4themeloy_slider:
0
criteria5themeloy_text:
criteria5themeloy_slider:
0
criteria6themeloy_text:
criteria6themeloy_slider:
0
criteria7themeloy_text:
criteria7themeloy_slider:
0
criteria8themeloy_text:
criteria8themeloy_slider:
0
criteria9themeloy_text:
criteria9themeloy_slider:
0

Archives

%d blogueurs aiment cette page :