[ACTUALITÉ] USA : L’HYPOCRISIE DE L’ONU SUR LES VIOLENCES POLICIÈRES

L’ONU vient de donner son avis et une « possible » solution quant à la question des violences policières envers les noirs aux Etats-Unis. Selon l’organisation internationale, les Etats-Unis devraient « dédommager les descendants d’esclave » afin d’apaiser les tensions.

Rappelons que tout d’abord l’ONU est certes une organisation internationale, mais que son siège se tient sur le sol américain, que les Etats-Unis restent une des principales sources de revenus de celle-ci ainsi que de ses organes (ex : en 2011, les USA et Israël avaient retiré leur soutien financier de l’UNESCO suite à l’adhésion de la Palestine à ce sous-organe de l’ONU, cette action n’était autre qu’un coup de pression économique qui a échoué). Il paraît alors évident que Ban Ki-Moon n’a aucun intérêt à attaquer de façon virulente un des membres du cinq majeur des Nations Unies (entendre ici un des cinq membres du conseil de sécurité). Ceci expliquant alors le manque de réaction de l’ONU face à des violences policières envers les noirs qui représentent 50% de toutes les violences policières, sur une minorité nationale d’à peine 15% sur toute la population couvrant le territoire américain.

Aujourd’hui, l’ONU se réveille et insinue que pour rétablir le calme, il faudrait peut-être envisager que les Etats-Unis dédommagent les descendants d’esclaves. Ceci pourrait paraître absolument fantastique au premier abord : reconnaissance de l’esclavage et «achat du pardon » des descendants. Pourtant, on peut aisément voir une façon hypocrite d’éviter le fond de la question : peut-on reconnaître devant la communauté internationale qu’un pays dit moderne, qui plus est ayant un président noir, persécute une partie de sa population en fonction d’un critère de peau ? Peut-on reconnaître que la première puissance mondiale est raciste et enfreint plus que jamais les droits fondamentaux de ses citoyens ? Peut-on reconnaître l’impunité d’une institution de sécurité comme la police quant à ses actes de violences ? La réponse donnée est non. On ne peut pas explicitement dire que le gendarme du monde est « un gros vilain », on ne peut pas attaquer les Etats-Unis en raison de sa violation constante des droits les plus élémentaires de l’être humain.

Certains diront que nous adoptons une position extrême, que nous ne sommes jamais contents. Nous n’avons qu’une seule réponse : nous ne nous contenterons pas de miette. Croyez-vous que les ancêtres de ceux qui sont tués par la police touchent les billets que compte donner l’état américain ? Croyez-vous que quelques billets vont racheter les crimes perpétrés pendant l’esclavage, durant la ségrégation et aujourd’hui par la police ? Non. La dignité, la vie humaine ainsi que le droit de vivre sans avoir peur de sortir de chez soi, tout cela n’a aucun prix. Apaiser les tensions ne se résout pas à donner quelques dollars en mémoire de personnes que certains n’ont pas connus, apaiser les tensions c’est reconnaître les crimes commis par le passé et aujourd’hui, sans avoir besoin d’un Black History Month pour en parler, c’est assurer la sécurité des civils et garantir une politique zéro envers le racisme institutionnel. Voilà une véritable réponse aux crimes des Etats-Unis d’Amérique.

NegroNews

Commentaires

commentaires