[INSPIRATION] UN JEUNE IVOIRIEN INVENTE UN CARTABLE SOLAIRE POUR LES ÉCOLIERS DES ZONES RURALES

Evariste Akoumian, un jeune ivoirien a créé le « Solapark, « un cartable qui est composé d’un petit panneau solaire relié à une lampe. En portant son cartable sur le dos sur le chemin de l’école, l’enfant permet à la batterie de se recharger.
Le cartable dispose ainsi d’une lampe branchée par un port USB sur la source d’énergie et peut donc étudier, si nécessaire, après le coucher du soleil

« Je travaille dans une société de livraison de matériel informatique. Au cours de mes déplacements, j’ai remarqué que la plupart des ménages dans les zones rurales ivoiriennes ne disposent souvent que d’une lampe-tempête [une lampe à pétrole] pour une famille pouvant aller de cinq à dix personnes. Et évidemment, ce sont les parents qui monopolisent cette source de lumière à la nuit tombée.

Un enfant finit l’école à 16h30. En septembre, pour la rentrée des classes, le soleil se couche aux alentours de 18 h. Le temps de rentrer chez lui, il reste au mieux à l’enfant une heure pour étudier à la lumière du soleil. Ce ne sont pas des conditions optimales pour progresser. Je trouvais ça injuste que ces enfants n’aient pas les mêmes chances que ceux qui étudient dans les grandes villes.

Je me suis dit que la solution devait venir d’un objet qui pourrait apporter de la lumière sans effort particulier, sur le chemin de l’école par exemple. L’idée du cartable avec panneau solaire s’est donc imposée [des projets de cartables solaires similaires existaient déjà en Afrique du Sud ou au Togo, NDLR]. En une journée, le cartable chargé en électricité permet d’avoir une autonomie de 4 à 5 heures pour la lampe torche.

J’ai investi 32 millions de francs CFA de ma propre poche pour ce projet (environ 48 000 euros), ce qui m’a permis d’avoir 500 cartables tout équipés. J’en ai offert 200 dans des écoles des villages d’Afféry et Songon [dans le sud du pays, non loin d’Abidjan], des endroits où il manque d’éclairages publics explique Evariste.

Les rapports de l’ONU estiment que 700 millions d’Africains n’ont toujours pas accès de manière régulière à l’électricité, la plupart du temps, dans des zones reculées. Avec cette invention, les enfants qui habitent dans les zones rurales pourront étudier sans aucun problème.

Après Qelasy, la tablette éducative, c’est la deuxième invention de chercheurs ivoiriens dans le domaine éducatif.

NegroNews

Commentaires

commentaires