[CULTURE] « ORANGE IS THE NEW BLACK » ET SA COMMUNAUTE NOIRE

« Orange Is The New Black » (OITNB) est une série Netflix les plus courus ces derniers temps. Mais qu’est-ce que c’est ? Une série sur la vie dans un établissement carcéral pour femmes aux Etats-Unis, un message politique avec beaucoup d’humour.

Les femmes noires sont évidemment représentées dans OITNB avec sept personnages : Miss Claudette, Crazy Eyes, Taystee, Black Cindy, Poussey, Sophia et Vee. Ce qui est intéressant ? La diversité des profils proposés par ces personnages. Miss Claudette étant la doyenne et Poussey la plus jeune, nous avons un éventail d’âge allant de la grand-mère à la jeune adulte. Nous avons aussi un éventail de physique, cassant le stéréotype d’une morphologie noire. Ces femmes viennent toutes d’horizons sociaux différents : Taystee a grandi entre plusieurs familles d’accueil, Crazy Eyes est adopté par des blancs, Poussey d’une famille de militaire, Vee est une trafiquante de drogues… OITNB n’hésite pas à aborder la question de la sexualité ayant une communauté afro-américaine majoritairement hétérosexuelles, mais avec deux personnages lesbiens Crazy Eyes et Poussey ainsi qu’un personnage transsexuel Sophia qui était un pompier ayant décidé de devenir une femme.

De plus, OITNB nous mobilise aussi, par le biais de ces personnages sur des combats intéressants la communauté noire comme l’afroféminisme en montrant les traitements que reçoivent les femmes noires dans la société américaine, notamment à travers l’histoire des détenues, mais aussi en dressant le portrait de femmes actrices de leur propre vie : elles ne sont plus victimes de leur choix mais pleinement responsables de ceux-ci cf. Miss Claudette et la raison pour laquelle elle est emprisonnée. De plus au cours de la saison 4, on peut voir qu’OITNB prend position sur la question du Black Lives Matter, notamment avec la mort d’un personnage de la communauté. Ce que nous avons aussi beaucoup apprécié dans cette série ? La présence de nappy, mis à part Sophia, aucune des détenus ne portent autre chose que ses cheveux naturels (sauf Taystee avec sa mèche blonde), mettant ainsi à l’honneur la beauté de nos cheveux.

Cette série ne se voulait pas nécessairement politique ou féministe à la base, pourtant elle l’est devenue. Politique en ce qu’elle montre la misère de l’univers carcéral aux Etats-Unis ainsi que ces défaillances notamment en montrant le développement du trafic de Vee, le manque d’hormones dans les prescriptions de Sophia,… Féministe en ce qu’elle nous renvoie une image de la femme comme pouvant être capable du meilleur comme du pire, non plus victime mais responsable. Une femme qui peut flancher, mais qui peut aussi faire preuve d’une grande force, d’un énorme courage ainsi que de ruses incroyables pour s’adapter et s’en sortir.

NegroNews

Commentaires

commentaires

full_width_postthemeloy_checkbox:
0
reviewtitlethemeloy_text:
criteria1themeloy_text:
criteria1themeloy_slider:
0
criteria2themeloy_text:
criteria2themeloy_slider:
0
criteria3themeloy_text:
criteria3themeloy_slider:
0
criteria4themeloy_text:
criteria4themeloy_slider:
0
criteria5themeloy_text:
criteria5themeloy_slider:
0
criteria6themeloy_text:
criteria6themeloy_slider:
0
criteria7themeloy_text:
criteria7themeloy_slider:
0
criteria8themeloy_text:
criteria8themeloy_slider:
0
criteria9themeloy_text:
criteria9themeloy_slider:
0

Archives

%d blogueurs aiment cette page :