[SOCIETE] JOSEPH KONY, UNE MENACE PAS SI ACTUELLE

En 2012, le collectif Invisible Children sortait un court-métrage choc sur Joseph Kony appelé « Kony 2012 »(ici) qui a secoué toutes les âmes bien pensantes de ce monde et qui est devenu viral. Mais qui est vraiment Joseph Kony et pourquoi cette action n’a au final pas vraiment abouti ?

Tout commence avec Alice Lakwena, qui se sentant investi d’une mission divine, leva une armée en 1986 pour combattre le « mal » et mettre en place une théocratie. Cette dernière se voyait comme une médium spirituelle de plusieurs esprits notamment de Lakwena, chrétien italien qui lui donnait des ordres divins, ainsi qu’une guérisseuse capable de soigner le mutisme, la perte de vue et encore d’autres maladies. Malheureusement pour elle, l’armée ougandaise réussit à démanteler son armée et elle part en exil au Kenya où elle mourra en 2007. Après le démantèlement de son armée en 2007, un membre de sa famille, Joseph Kony, décide de reprendre son combat en sa qualité de « prophète », statut qui lui confère la mission d’établir une théocratie basée sur la Bible et les dix commandements. Il va alors mettre en place la LRA ou la Lord’s Resistance Army qui va sévir en l’Ouganda et au Soudan du Sud afin de destituer Museveni.

De quoi se rend coupable cette pseudo armée divine ? De semer la terreur en Ouganda par divorces méthodes comme le massacre de population, des pillages en masse, le recrutement d’enfants pour son armée et l’esclavage sexuel. Sur près de 30 ans, la LRA aura mobilisé 30 000 enfants, les déconnectant de leur enfance et de la réalité. Comment ? Tout simplement en leur proposant un marché simple : assassiner eux-mêmes leurs parents à la mitraillette où les tuer avec leurs parents à coups de machette. Le film « Rebelle » de Kim Nguyen s’inspire d’ailleurs très largement cette situation. Les garçons deviennent alors des enfants soldats qu’on arme jusqu’aux dents afin de se battre et les filles servent d’esclaves sexuelles.

Cependant, il y a quelques précisions à faire. Joseph Kony n’est plus en Ouganda depuis six ans et son armée depuis dix ans. De plus, son armée n’est plus que composé de quelques centaines d’hommes. Nous ne minimisons pas les dommages qu’elle a pu faire, mais la vidéo a « légèrement » extrapolé le phénomène selon plusieurs personnes. Joseph Kony fait toujours l’objet de mandats internationaux et doit être jugé par la CPI, mais il n’est plus une si grande menace que cela comme avait pu le préciser un journaliste ougandais pour Slate Afrique.Alors certes, il est responsable de milliers de victimes et de 344 enlèvements en RCA ce trimestre dont 69 d’enfants mais courir après Kony comme s’il était la tête pensante de Boko Haram ou Daesh reviendrait à couper après la tête du mal sans en couper les racines, l’arrêter n’empêcherait pas son armée de continuer.

NegroNews

Commentaires

commentaires