[POLITIQUE] RWANDA : KIGELI V, MWAMI SANS TERRE

Il a actuellement la quatre-vingtaine et n’a pas revu sa terre natale depuis un demi-siècle. Ces ancêtres sont les bamis(rois) d’une monarchie forte et il en a été le dernier véritable représentant. Kigeli V, dernier roi (mwami) du Rwanda est actuellement exilé aux États-Unis où il vit de dons et aides sociales, passant son temps entre catch à la télé, siestes et l’attente d’un possible retour dans ce pays qui lui est si cher.

À la mort de son demi-frère, Mutara III, Jean-Baptiste Ndahindurwa est désigné par les Birus, comme le veut la tradition, pour lui succéder au titre de Mwami du Rwanda. Le jeune Kigeli V n’a alors que 23 ans et ne s’attendait pas à être choisi. Il règna de 1959 à 1961, deux années durant lesquelles les belges retourneront leur veste ne soutenant plus l’aristocratie tutsi, mais les hutus et où le jeune Kigeli V perdra la confiance du peuple, n’ayant pas mis en œuvre les réformes proposés par les hutus et les tutsis progressistes. Lors d’un déplacement en 1961 à Léopoldville, ancien Kinshasa, afin de demander de l’aide à Dag Hammersköld, secrétaire générale des Nations Unies de l’époque, il apprend à la radio qu’il n’a plus de droit d’entrée sur le sol de ces ancêtres. Depuis ce jour, le roi sans terre a cherché refuge partout où l’on voulait bien de lui, en Afrique de l’Est majoritairement et vit aujourd’hui en Virginie, dans une banlieue de classe moyenne avec son « Chancelier ». Il appelle régulièrement son peuple à la paix et à la réconciliation.

Depuis le premier jour de son exil jusqu’à aujourd’hui, le roi n’a pas cessé d’espérer rentrer chez lui. Il a d’ailleurs cru que ce jour arriverait avec l’arrivée au pouvoir de Muveseni. Cependant, celui-ci n’étant pas favorable à la monarchie, il a poliment laissé Kigeli V attendre la fin de son exil sans se soucier de lui. Avec l’arrivée au pouvoir de Kagamé, le roi a de nouveau cru à un possible retour, mais les deux hommes ne se sont pas entendus sur les termes de leur retour : Kagamé voulant un retour en tant que simple citoyen et Kigeli voulant un référendum pour demander au peuple s’il veut toujours de lui comme roi. Kagamé n’a aucun intérêt à voir le roi revenir au Rwanda même en ayant un titre honorifique. Pourquoi ? Car le peuple, s’il renoue avec son attachement au mwami, ne supportera pas que le pouvoir légale en place puisse lui faire le moindre affront, l’expérience ayant déjà eu lieu en Ouganda et faisant 40 morts, Kagamé craint sérieusement qu’un symbole politique aussi fort puisse revenir au pays et menacer son pouvoir.

Il apparaît alors que les chances de Kigeli V de revoir son pays un jour sont extrêmement faibles. De plus, depuis 1961 les dirigeants avaient pu diaboliser la monarchie, bien qu’aujourd’hui on apprenne l’histoire réelle des bamis. Le fait d’avoir pu diaboliser les rois et que la majorité de la population n’ait jamais connu de mwami fragilise la possibilité de retour du mwami Kigali V. Cependant, rappelons que le mwami n’est pas marié et n’a pas de descendance, il pourrait donc y avoir une extinction des bamis s’il venait à mourir. De plus, comme a pu le dire son chancelier, les Birus chargés de la désignation du mwami laissent de sérieux doutes quant à leur survie, personne ne sachant où ils se trouvent. Si les bamis s’éteignaient avec Kigali V, on pourrait alors estimer qu’une partie de l’histoire du Rwanda sera morte avec lui.

NegroNews

Commentaires

commentaires