[ACTUALITE] GAVIN LONG TUE TROIS POLICIERS À BATON-ROUGE

« La violence n’est pas LA réponse (c’est une réponse », ainsi tweeta Gavin Long, un noir américain de 29ans. Une réponse qu’a choisi cet homme le 17 juillet 2016 dernier, tuant trois policiers et en blessant trois autres.

Gavin Long a eu 29 ans le 17 juillet 2016 et s’est offert trois vies humaines pour fêter son anniversaire. Nous sommes à Bâton-Rouge en Louisiane, ville qui a récemment été le théâtre du meurtre d’Alton Sterling, des riverains appellent les forces de l’ordre en début de matinée après avoir aperçu un homme armé près de la station essence. Les tirs sont nourris et débutent dès l’arrivée des forces de l’ordre. Le bilan ? Trois morts et trois blessés. Bel anniversaire pour le tireur. Aucune déclaration officielle quant aux faits n’a vraiment été faite si ce n’est le dévoilement au fur et à mesure des noms des victimes. Mais qui est le tireur ? Il y a un an Gavin Long a changé son nom en « Cosmo Ausar Setepenra » afin de montrer son appartenance au groupe afro-américain « Nation Washitaw ». Le protagoniste est connu pour être coach de vie, mais aussi plus qu’engagé dans la cause noire américaine à travers les réseaux sociaux, plusieurs livres dans lesquelles il met en avant la « masculinité pleine et entière », Youtube,… Il avait d’ailleurs refusé d’appeler Micah Johnson « assassin » en revendiquant le fait que celui-ci avait rendu justice par sa vendetta lors des manifestations de Dallas.

Trois policiers tués, certains diront que ce n’est que justice et que Gavin Long n’a fait « que » venger la communauté noire américaine. Aussi, il nous semble important de vous préciser que l’une des victimes s’appelle Montrell Jackson. Noir américain de 32 ans, il venait de se marier et a un fils. Savez-vous ce qu’avait posté le policier Jackson suite aux tueries ? « J’aime ma ville, mais je me demande si cette ville m’aime en retour. Dans cet uniforme je me sens sale, cible de regards de haine, et hors de cet uniforme considéré comme une menace… La haine ne doit pas infecté nos cœurs.» Cet homme n’était pas d’accord avec les bavures policières sur sa communauté et faisait parti de la majorité de policiers qui savent qu’ils doivent protéger les citoyens et non représenter une menace pour eux. Peut-on aller dire à la face de la femme et de l’enfant de cet homme qu’on a tué celui qu’ils aimaient pour venger sa propre communauté ? Pour la justice ? On est ému par les larmes du fils d’Alton Sterling mais nous irons dire au fils de Montrell Jackson que la mort de son père n’est que justice. N’y a-t’il pas une forme d’injustice ? A ceux qui diront que ce n’était « qu’une victime collatérale », sachez que Gavin Long est un ancien marines et par conséquent qu’il savait tirer.

Il semble compréhensible que les afro-américains et la communauté noire en général soient troublés et qu’ils aient envie de répondre par la violence du fait d’un sentiment de ras-le-bol. Il semble compréhensible que les discours du président Obama ne suffisent plus, rappelons que l’exécutif américaine est et sera toujours bloqué par le Congrès qui est à majorité blanche. Cependant, est-ce que cela justifie cette vendetta ? N’y a-t’il pas plus à craindre en tuant les policiers qu’en essayant de faire bouger les choses en faisant pression sur le Congrès grâce à des lobbys. De plus, n’est-il pas réducteur de se tuer entre nous sous prétexte qu’un uniforme nous différencie ? N’y a-t’il pas un amalgame entre les policiers pourris et ceux qui savent que leur mission est de nous protéger ? Dans tous les cas, que cela soit du côté des familles des victimes de bavure comme de celui des victimes de la vendetta, des mères, des femmes et des enfants pleurent ceux qu’ils aiment. Les victimes de Gavin Long ont été assassinées par quelqu’un qui s’est pris pour un Dieu comme en témoigne un de ces tweets « Treat me like a God, or meet my devil », littéralement « Traitez-moi comme un Dieu, ou rencontrez mon démon ».

NegroNews

Commentaires

commentaires