[SOCIÉTÉ] DES CAPITAUX BATÎT SUR L’ESCLAVAGE… LES BANQUES FRANÇAISES SE CACHENT !

Onze ans depuis que la Banque J.P Morgan Chase  a reconnu avoir bâti son capital initial sur l’esclavage et versé 5 millions de dollars de réparation à des étudiants afro-américains.  On attend toujours les banques françaises….

JP morgan

Il y a quelques semaines, nous vous faisions part du problème de la réparation de l’esclavage qui oppose devant les tribunaux américains les descendants d’esclaves et les descendants des maîtres esclavagistes. Etait soulevé le problème de l’indemnisation financière et celui de l’identité des destinataires.

Au-delà de ça, se pose en outre le problème du montant exact à indemniser.

Combien doit-on payer pour « réparer » ce crime qui a duré plus de quatre siècle et a donné lieu à la plus longue, la plus douloureuse et la plus massive déportation de l’humanité ?

Doit-on payer le prix approximatif d’un esclave, environ 300 dollars,  que l’on multiplierait par le nombre d’esclaves ? Sachant que les historiens parlent d’un nombre allant de 30 millions à 150 millions de personnes arrachées à l’Afrique….

Doit-on calculer le nombre d’heures travaillées par jour par un esclave, le multiplier par le salaire horaire de l’époque ou le salaire actuel ? Prendre ensuite ce nombre le multiplier par le nombre d’années de travail d’un esclave ? Prendre ce nombre, le multiplier par le nombre d’esclaves ?

On admet que ça peut devenir compliqué…. Néanmoins, cette difficulté ne doit pas empêcher la réparation. Cela a été fait pour d’autres peuples, cela doit être fait pour nous également.

NegroNews reparartions

Le geste fait par la banque J.P Morgan Chase pourrait-il constituer un début de réponse ?

En effet, la banque J.P Morgan Chase s’était excusée en 2005 au nom de ses entreprises mère, Citizen Bank et Canal Bank, pour avoir bénéficié de l’esclavage de 1831 à 1865. Pour se faire pardonner, elle décide de verser 5 millions de dollars qui serviront de bourses pour payer l’université à des étudiants Noirs de Chicago.

En fait, l’Etat de Californie avait voté en 2000 une loi qui obligeait les compagnies à révéler si oui ou non elles avaient un passé esclavagiste. Des lois similaires ont ensuite été adoptées  dans d’autres états et d’autres villes comme l’Iowa,  l’Illinois, Atlanta, Dallas, New York, Philadelphie ou encore Chicago. C’est ainsi que JP Morgan a été contrainte en 2005 de reconnaitre que son capital de commencement venait de l’esclavage.

D’autres Banques telles que Bank of America, Wachivica Corporation ou Lehman Brothers suivront le pas et admettront également leurs liens avec l’esclavage et entameront des processus de réparation.

Cela dit,  ces gestes n’effaceront  jamais la douleur de l’esclavage et il est clair que ces banques cherchent moins à devenir altruistes qu’à sauver leur réputation et redorer leur image. Cependant, on doit admettre  que ces bourses vont quand même changer la vie et le destin de ces jeunes Noirs  qui n’auraient peut-être jamais pu accéder à des études supérieures faute de moyens.

 

Et en France, où en est-on ?

Nulle part, bien sûr.

Il serait grand temps que les métropoles comme Paris ou Lyon, mais aussi les villes portuaires comme Nantes, Bordeaux, La Rochelle, Le Havre,  Rouen, Vannes, Saint-Malo ou encore  Marseille adoptent des mesures semblables à celle de la Californie.

 

Et bien sûr le reste de l’Europe n’est pas en reste. Les villes anglaises de Londres, Bristol, la ville écossaise de Glasgow, la ville irlandaise de Dublin ainsi que les Pays-Bas avec Rotterdam et  Amsterdam et l’Allemagne avec Hambourg et Glückstadt, se sont clairement épanouies autour de la traite et doivent réparer.

Si les banques françaises et celles des autres pays ayant basé leurs fortunes sur la traite et l’esclavage des Noirs pouvaient prendre exemple sur ce qui se passe aux Etats-Unis ce serait là un petit pas pour l’homme et un grand pas pour l’humanité…

NegroNews

Commentaires

commentaires

Etiquetté avec

Apologies, but no related posts were found.