[ACTUALITÉ] RDC : MOÏSE KATUMBI DEVANT LA JUSTICE 

Alors que Moïse Katumbi se déclare candidat à l’élection présidentielle de novembre 2016 dans son pays, tout semble aller de moins en moins bien pour lui. Ce lundi, c’est en compagnie d’une foule immense qu’il s’est présenté au Parquet général près la cour d’appel de Lubumbashi pour répondre au mandat de comparution émis contre lui samedi dernier.

En effet, le ministre congolais de la Justice Alexis Thambwe Mwamba, a annoncé mercredi l’ouverture d’une enquête sur  » le recrutement de mercenaires » étrangers, dont des Américains liés à Moïse Katumbi.
En marge de la comparution, quatre de ses gardes du corps, dont un citoyen américain, ont été arrêtés à Lubumbashi et transférés à Kinshasa. Une perquisition a également été menée dans la ferme Futuka, propriété de Moïse Katumbi située sur l’axe Lubumbashi-Kasenga par les services de renseignements.

« Il y avait deux jeeps de policiers, une jeep de militaires et les agents des services de sécurité avaient aussi leur véhicule. Quand nous sommes arrivés, on nous a amenés auprès du responsable du service de sécurité. On nous a ravi nos téléphones. Ils nous ont maintenus là- bas jusqu’à 18 heures. Par la suite, on nous a demandé de les suivre. Arrivés à mi-chemin entre la ville de Lubumbashi et Futuka, on nous a remis finalement les téléphones, nous demandant de partir. Trois avocats ont été libérés sur place. Le dernier, Hubert Tshiswaka, a été acheminé à la direction provinciale de l’ANR. Et il a été aussi libéré vers 21h30-22h », explique Me Freddy Kitoko de l’ONG Commission pour la justice et la réconciliation (CRJ), qui s’était rendu à la ferme avec ses collègues.

Pour le porte-parole du Gouvernement congolais, Lambert Mende, nul ne devrait interférer dans le travail de la justice. «Si la justice est en train de faire son travail, je ne vois pas qu’est-ce que ces ONG, comme vous les appelez, ont à y interférer. Si ces gens travaillent dans la ferme de Monsieur Katumbi, ils devront absolument être libres parce qu’ils étaient dans leur lieu de travail. Mais, s’ils y ont été trouvés en train de se livrer à des activités illicites ou illégales, ils devront répondre devant la justice », a-t-il déclaré.

NegroNews

Commentaires

commentaires

full_width_postthemeloy_checkbox:
0
reviewtitlethemeloy_text:
criteria1themeloy_text:
criteria1themeloy_slider:
0
criteria2themeloy_text:
criteria2themeloy_slider:
0
criteria3themeloy_text:
criteria3themeloy_slider:
0
criteria4themeloy_text:
criteria4themeloy_slider:
0
criteria5themeloy_text:
criteria5themeloy_slider:
0
criteria6themeloy_text:
criteria6themeloy_slider:
0
criteria7themeloy_text:
criteria7themeloy_slider:
0
criteria8themeloy_text:
criteria8themeloy_slider:
0
criteria9themeloy_text:
criteria9themeloy_slider:
0

Archives

%d blogueurs aiment cette page :