[POLITIQUE] BENIN: PATRICE TALON NE TARDE PAS À FORMER SON PREMIER GOUVERNEMENT

 

Aussitôt investit, le nouveau président béninois Patrice TALON publie la liste de son premier gouvernement. C’est un gouvernement de 21 ministres sans Premier ministre qui nait, comme le prévoit la constitution du pays depuis la conférence nationale de 1990, contre 26 ministres dans le dernier gouvernement de Thomas Boni Yayi.

Le nouveau gouvernement est composé de plusieurs poids lourds du monde politique béninois dont Pascal Iréné Koupaki (ministre d’État, secrétaire général de la présidence de la République), Abdoulaye Bio-Tchané (ministre d’État chargé du Plan et du Développement), l’avocat Joseph Djogbenou (Garde des Sceaux), Candide Azannaï (ministre délégué à la Défense), ou encore le député Sacca Lafia (ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique). On note la présence de nouveaux visages politiques à savoir Romuald Wadagni, nouveau ministre des Finances qui avait été nommé en février responsable de l’activité audit du cabinet Deloitte pour l’Afrique francophone, Ange N’Koué vivant en France depuis 2004 et expert en inspection et vérification est le tout nouveau ministre de la Culture et du Tourisme. Marie-Odile Attanasso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique est une universitaire, économiste et géographe. Enfin, Delphin Koudandé de l’Agriculture est également géographe de formation. Il était auparavant directeur adjoint de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin.

Une présence toute aussi étonnante est celle des anciens ministres de Thomas Boni Yayi. En effet, cinq ministres ayant exercé lors des deux mandats de Boni Yayi entre 2011 et 2016 figurent dans la liste. Outre Koupaki, Premier ministre pendant plus de deux ans, Sacca Lafia fut ministre de l’Énergie de 2007 à 2011, Candide Azannaï fut ministre de l’industrie et porte-parole du gouvernement jusqu’en mai 2011, Alassane Seidou (nommé à la Santé) fut ministre de la Décentralisation de la Gouvernance locale, de l’Administration et l’Aménagement du territoire de 2008. Enfin, Alayi Adidjatou Mathys fut ministre de l’Économie et des Finances lors du dernier mandat de Yayi. Accusée d’avoir favorisée Patrice Talon dans l’affaire du contrat PVI du port de Cotonou, elle fut débarquée en 2012 avant de militer pour la candidature du nouveau président au sein d’une association de femmes. Quant à Lazare Sehoueto (nommé à l’Industrie, au Commerce et à l’Artisanat) et Abdoulaye Bio-Tchané, ils ont été ministres sous le Feu Président Mathieu Kérékou.

NegroNews

Commentaires

commentaires

full_width_postthemeloy_checkbox:
0
reviewtitlethemeloy_text:
criteria1themeloy_text:
criteria1themeloy_slider:
0
criteria2themeloy_text:
criteria2themeloy_slider:
0
criteria3themeloy_text:
criteria3themeloy_slider:
0
criteria4themeloy_text:
criteria4themeloy_slider:
0
criteria5themeloy_text:
criteria5themeloy_slider:
0
criteria6themeloy_text:
criteria6themeloy_slider:
0
criteria7themeloy_text:
criteria7themeloy_slider:
0
criteria8themeloy_text:
criteria8themeloy_slider:
0
criteria9themeloy_text:
criteria9themeloy_slider:
0

Archives

%d blogueurs aiment cette page :