[ACTUALITÉ] QUAND L’EX CONSEILLÈRE DE FRANÇOIS HOLLANDE EST VAINCUE PAR LA FRANÇAFRIQUE

 

Pour elle, la Cellule Africaine de l’Elysée, c’est terminé ! Arrivée à la tête du groupe en 2012, Hélène Le Gal quittera définitivement cette « prestigieuse» cellule dans les semaines à venir. La diplomate n’a pas pu mener à bien la feuille de route que François Hollande lui confiait au début de son mandat : incarner la « normalisation » des relations entre Paris et ses ex colonies. Mais la goutte d’eau de trop, les échecs des « pions » de la France le 20 mars dernier lors des scrutins présidentiels dans trois pays d’Afrique francophone. Au Bénin, Lionel Zinsou, protégé de l’ex président Boni Yayi et « chouchou » de la France a été battu par Patrice Talon. Mahamadou Issoufou, au Niger, n’est pas parvenu à faire son « un coup K.O » au premier tour de la présidentielle. Au Congo, l’opposition accuse Sassou-Nguesso d’avoir bidouillé les calculs pour gagner dès la première étape du scrutin. Des fiascos qui auraient poussé François Hollande à se séparer d’Hélène Le Gal.

Certains spécialistes de la Françafrique estiment que la conseillère de 45 ans n’était pas taillée pour diriger ce groupe. Pour eux, Hélène Le Gal ne maîtrise pas réellement l’Afrique. « Comme beaucoup de diplomates, elle a grimpé au gré des opportunités. Sans vrai tropisme pour les affaires africaines », souligne un ambassadeur. Mais dès sa prise de fonction au 02 Rue de l’Elysée, les critiques vont devenir virulentes. « Sur le continent personne ne la connaît ! », s’offusque un spécialiste de la Françafrique. « Elle ne connaît pas les dossiers », déplore un autre.

Pour d’autres spécialistes du continent, le limogeage d’Hélène Le Gal par le Président Hollande confirme que la Françafrique est toujours d’actualité. Dans son ouvrage « Hollande l’Africain », le journaliste Christophe Boisbouvier explique pourquoi le Président français n’a pas rompu avec l’Afrique. Pour l’auteur, l’intervention militaire de la France au Mali en Février 2013, à l’assaut des djihadistes du Sahel, aurait rapproché le locataire de l’Elysée et les ex colonies. « Je viens sans doute de vivre la journée la plus importante de ma vie politique », se réjouit François Hollande après la libération de Tombouctou.

Herika Ouraga pour NegroNews

Commentaires

commentaires

full_width_postthemeloy_checkbox:
0
reviewtitlethemeloy_text:
criteria1themeloy_text:
criteria1themeloy_slider:
0
criteria2themeloy_text:
criteria2themeloy_slider:
0
criteria3themeloy_text:
criteria3themeloy_slider:
0
criteria4themeloy_text:
criteria4themeloy_slider:
0
criteria5themeloy_text:
criteria5themeloy_slider:
0
criteria6themeloy_text:
criteria6themeloy_slider:
0
criteria7themeloy_text:
criteria7themeloy_slider:
0
criteria8themeloy_text:
criteria8themeloy_slider:
0
criteria9themeloy_text:
criteria9themeloy_slider:
0

Archives

%d blogueurs aiment cette page :