LES HUIT PAYS AFRICAINS QUI DOIVENT LEUR INDÉPENDANCE AUX ENSEIGNEMENTS DE MARCUS GARVEY

Voici la liste des huit pays africains dont l’indépendance est une conséquence directe des enseignements de Marcus Garvey.

Zimbabwe

Zimbabwe, autrefois connu sous le nom de Rhodésie, est l’un des meilleurs exemples pour ce qui est des pays touchés par le « Garveyisme ». Selon un article intitulé « Les graines sont semées: L’impact du Garveyisme au Zimbabwe dans l’entre- deux-guerres », les enseignements de Marcus Garvey avaient un « effet électrisant sur les travailleurs migrants zimbabwéens en Afrique du Sud, les incitant à former diverses associations. »

L’accent mis par Garvey sur le nationalisme noir avec d’autres principes qui étaient considérés comme radicaux à l’époque, a contribué à déclencher le « Mouvement Radical Africain Radical » dans l’entre-deux-guerres. Les enseignements ont donc contribué à façonner le paysage politique, religieux et social pour les associations qui se sont finalement réunies pour former le Zimbabwe.

Ghana

Les enseignements de Garvey ont inspiré de nombreux grands chefs dont Kwame Nkrumah. C’est donc sous l’influence du Garveyisme que Nkrumah a travaillé à libérer l’Afrique de la domination coloniale, en commençant par le Ghana, selon « Black Business Network ». De 1952 à 1966, Nkrumah a agi comme chef de file de ce qui était alors appelée la Gold Coast, avant de conduire le pays à gagner son indépendance face à la domination coloniale britannique. Le Ghana fut donc le « premier pays d’Afrique noire à devenir indépendant », indique la BBC. De nombreuses personnes dans le pays sont reconnaissantes envers Nkrumah pour avoir « stabiliser une scène politique turbulente et laisser un héritage de la démocratie. »

Afrique Du Sud

Garvey était un influent partisan du rapatriement, ce qui a permis de mobiliser des mouvements puissants dans toute l’Afrique du Sud et de jeter les bases de cette politique dans la région. Prêchant l’unité de tous les Noirs, ce dernier affirmait que « la liberté ne viendrait que par le retour de tous les Afro-Américains au sein de leur maison ancestrale » – et à cette fin il avait fondé l’ « Universal Negro Improvement Association », en 1914  (conf. sahistory.org).
En 1925, les adversaires de la suprématie blanche, dans les villes et districts ruraux mais surtout dans le Cap oriental, avaient adapté les enseignements de Garvey au contexte sud-africain noir.
Ainsi, la restitution de la terre à ses propriétaires ancestraux est devenue l’un des thèmes centraux autour duquel l’opposition au régime colonial blanc fut mobilisée.

Tanzanie

Après la Seconde Guerre mondiale, cette région désormais connue sous le nom de Tanzanie a été placée sous tutelle des Nations Unies et le développement de la région sous contrôle britannique. Lors d’une vague de mouvements indépendantistes découlant de la montée du Garveyisme concernant le nationalisme africain, l’Union Nationale Africaine du Tanganyika (TANU) a émergé en tant que l’un des groupes les plus puissants. Selon un article publié dans le ‘Journal of Black Studies’, la TANU a été dirigée par Julius Nyerere, un leader influent qui attribua une grande partie de ses connaissances aux enseignements de Garvey. La TANU ayant pris de l’ampleur, les élections devaient avoir lieu en 1960 et la future Tanzanie devint indépendante en 1961.

Kenya

Jomo Kenyatta est non seulement le premier président du Kenya, mais il est aussi un leader puissant qui a avant tout contribué à faire du pays une nation indépendante.
Selon « Les chiffres du nationalisme africain et du Mouvement de l’Indépendance » Kenyatta a aidé l’Union nationale africaine du Kenya lors des négociations de la première et la deuxième Conférence de Lancaster à Londres. En tant que leader, Kenyatta a soutenu l’idée que davantage de blanc devaient venir s’installer dans le pays, insistant sur le fait pour que les kenyans devaient accepter la réconciliation.

Guinée

Ahmed Sékou Touré, un autre leader influencé par les œuvres de Garvey, a conduit le pays à l’indépendance de la Guinée en 1958. La Guinée faisait partie d’un groupe de pays formant la Quatrième République française avant son effondrement. C’est à cette occasion que la France a fondé la Vème République et offert l’autonomie des pays appartenant nouveau groupe français afin d’avoir une indépendance immédiate. Touré a conduit le peuple guinéen vers l’indépendance tandis que les autres pays ont choisi l’autonomie. La France se retira de la région avant que la nation ait déclaré son indépendance et élu son premier président Touré, selon « Nations Online: Guinea ».

République démocratique du Congo

La République du Congo est un autre pays qui a acquis une indépendance basée sur la présence écrasante du mouvement nationaliste qui a été déclenché en grande partie par Garvey. Dans les années 1960, la région à présent connue en tant que Congo a été occupée par de multiples partis indépendants comme le Mouvement National Congolais, qui fut dirigé par Patrice Lumumba. Le MNC proclama sa victoire aux élections parlementaires et Lumumba à sa tête, devint le premier Premier ministre de la République démocratique du Congo.

Angola

Le slogan de Garvey ,« L’Afrique aux Africains », a été au centre de beaucoup de mouvements historiques d’indépendance et de libération de nombreux pays en Afrique. Le Mouvement Populaire pour la Libération de l’Angola a été attribué à Garvey pour sa capacité du groupe à mobiliser et à devenir une autre partie de la liste croissante des groupes soutenant le mouvement nationaliste. Selon un article du New York Times, une « rébellion d’inspiration garveyiste » éclata en Angola en 1922, rébellion qui une autre grande étape vers l’indépendance du pays.

NegroNews

Commentaires

commentaires