[SOCIÉTÉ] MACKY SALL RECADRE AUDREY PULVAR AU SUJET DE L’HOMOSEXUALITÉ AU SÉNÉGAL

Près de deux ans après la visite du Président américain Barack Obama qui avait implicitement suggéré la dépénalisation de l’homosexualité au Sénégal, le président sénégalais s’est explicitement d’exprimé sur la question (récurrente) dans son pays.

Macky Sall en a profité pour évoquer d’autres questions non moins importantes est notamment son parcours politique et son passif avec Abdoulaye Wade dans un entretien sur la chaine d’Itele (Groupe Canal+, Bolloré, ndlr) a aussi évoqué la question de l’avortement. Le président sénégalais est formel quand il s’agit des droits humains,Macky Sall a rappelé que ce ne sont pas les organisations des droits de l’homme qui gouvernent le Sénégal.

Avant tout, il considère que la population sénégalaise a ses représentants, élus démocratiquement. Pour le successeur d’Abdoulaye Wade, il faut respecter les croyances et les convictions d’un pays et de sa société, avoir la modestie de comprendre que tous les pays ne sont pas les mêmes.

Sur la question de l’homosexualité, il estime que chaque société doit pouvoir apprécier cette question selon ses capacités «Nous avons notre code de la famille, nous avons notre culture, nous avons notre civilisation. Il faut que les gens aussi apprennent à respecter nos croyances et nos convictions. Au nom de quoi on doit penser que parce que ailleurs, on pense que l’homosexualité  doit être dépénalisée, que ça doit être une loi universelle ? Au nom de quoi ça doit être une loi universelle ? »

« Il faut respecter le droit également pour chaque peuple de définir sa propre législation, je ne vois pas pourquoi on doit nous imposer cette vision. Les gens doivent avoir la modestie de comprendre que tous les pays ne sont pas les mêmes, n’ont pas les mêmes histoires, évolutions, chaque pays a son propre métabolisme. Ce sont des problèmes de société, chaque société doit apprécier selon ses capacités. Personnellement, je pense que les gens ont la liberté de faire ce qu’ils veulent, mais ils n’ont pas la liberté d’imposer aux autres ce qu’ils sont. Qu’ils soient homosexuels, c’est leur problème, ce n’est pas mon problème « 

Concernant la question de l’avortement , le président Sall met en avant des évolutions positives, notamment en cas de viol ou d’inceste, promettant que la question de l’avortement sera prochainement abordée plus largement au Sénégal.

NegroNews

Commentaires

commentaires

full_width_postthemeloy_checkbox:
0
reviewtitlethemeloy_text:
criteria1themeloy_text:
criteria1themeloy_slider:
0
criteria2themeloy_text:
criteria2themeloy_slider:
0
criteria3themeloy_text:
criteria3themeloy_slider:
0
criteria4themeloy_text:
criteria4themeloy_slider:
0
criteria5themeloy_text:
criteria5themeloy_slider:
0
criteria6themeloy_text:
criteria6themeloy_slider:
0
criteria7themeloy_text:
criteria7themeloy_slider:
0
criteria8themeloy_text:
criteria8themeloy_slider:
0
criteria9themeloy_text:
criteria9themeloy_slider:
0
enclosure:
http://negronews.fr/wp-content/uploads/2015/10/iTELE.mp4 0 video/mp4
Tagged under

Archives

%d blogueurs aiment cette page :