JEAN BAPTISTE POINTE DU SABLE : FONDATEUR DE LA VILLE DE CHICAGO

Jean Baptiste Pointe du Sable (Point DuSable ou Point de Sable) serait né en 1745 à Saint-Marc, sur l’île de Saint-Domingue, comme on appelait Haïti à l’époque française.

Fils d’un marin français et d’une mère haïtienne, Jean-Baptiste Pointe du Sable va effectuer une partie de ses études en France.

Vers 1779, Jean Baptiste va s’installer avec sa femme et ses enfants sur la rive du lac Michigan, à l’emplacement actuel de Chicago. Étant le premier résident permanent, il y bâtit un poste de traite et de ravitaillement composé d’une ferme, d’un moulin, d’un atelier, d’une grange et d’autres bâtiments. Ce poste va devenir un centre d’approvisionnement important connu des Amérindiens et des Européens, car il représentait la seule source de produits d’élevage dans la région.

Après l’indépendance des États-Unis, Jean-Baptiste est à la fois explorateur et pionnier (premier propriétaire d’une résidence à Chicago), distillateur, collectionneur et entrepreneur. Il fait plusieurs voyages lui permettant d’étendre ses connaissances.

Il décède à l’âge de 73 ans, le 28 août 1818 à Saint-Charles, dans le Missouri.

En 1961, un musée, le DuSable Museum of African-American History, est créé officiellement à Chicago en l’honneur de Jean Baptiste Pointe Du Sable. Il s’agit du premier musée afro-américain et de l’un des plus importants aux États-Unis. On y découvre dans ce musée, des informations précieuses sur les divers inventeurs également les richesses du patrimoine africain.

Ce n’est qu’en 1968 que Jean-Baptiste Pointe du Sable est officiellement reconnu comme le fondateur de la ville de Chicago. En 1987, l’US Postal Service émet un timbre à son effigie dans la série Black Heritage USA.

Le 19 octobre 2009, la ville de Chicago inaugure une statue en son honneur, près de l’Avenue du Michigan, où a été fondée la ville.

  

Le personnage de Jean Baptiste Pointe Du Sable est intéressant car il démontre que l’histoire des noirs ne se limite pas uniquement à l’esclavage, bien au contraire mais c’est le genre d’informations qui bizarrement sont absentes de nos manuels  scolaires d’histoire.

NegroNews

Commentaires

commentaires