[ACTUALITÉ] OUGANDA : DÉLÉGATION CONGOLAISE POUR RAPATRIER DES MEMBRES DE L’EX M23

Le gouvernement congolais a envoyé une délégation à Kampala, la capitale ougandaise, vendredi 5 décembre, pour organiser le rapatriement immédiat de certains membres de l’ex-M23.

Le gouvernement ougandais avait donné jusqu’au 12 décembre à la RDC pour les rapatrier. Dans le cas contraire, Kampala avait annoncé à Kinshasa que le statut de réfugiés politiques leur serait accordé et qu’ils seraient alors libres de leurs mouvements. Le 12 décembre est la date anniversaire de la signature des déclarations de Nairobi mettant fin au conflit entre le M23 et la République démocratique du Congo. Les déclarations prévoyaient notamment l’amnistie et le rapatriement des troupes.

« L’envoi de cette délégation n’a rien à voir avec l’ultimatum ougandais », assure François Mwamba, coordonnateur du mécanisme de suivi de l’accord d’Addis-Abeba, signé en février 2013 et censé permettre de faire la paix dans l’est de la République démocratique du Congo. Dans cet accord, les onze pays signataires d’Afrique centrale et orientale, s’engageaient à ne pas soutenir les groupés armés actifs, notamment en RDC.

François Mwamba estime que la mesure annoncée par le gouvernement ougandais serait donc justement une « violation » des engagements pris à Addis-Abeba et que le cas échéant, Kinshasa n’hésiterait pas à s’en plaindre.

Le coordonnateur reconnait toutefois que le processus d’amnistie et de rapatriement a pris du retard, mais il dénonce le fait que la délégation du M23 ait refusé de se rendre à Kinshasa lors de la dernière réunion de suivi qui s’est tenue début novembre.

Kinshasa prêt à poursuivre le processus d’amnistie

Du côté du M23, pas de déclarations officielles avant la rencontre avec la délégation gouvernementale. Si les anciens rebelles disent avoir connaissance de cet ultimatum, plusieurs ont affirmé à RFI n’avoir rempli aucun document demandant le statut de réfugiés.

S’agit-il d’une simple menace visant à accélérer un processus qui, comme l’ont régulièrement souligné les autorités ougandaises, n’a que trop duré ? En tout cas pour le moment, Kinshasa se dit prêt à rapatrier 330 éléments de l’ex-rébellion déjà amnistiés sur les 1678 recensés sur le sol ougandais et 229 ex-rebelles présents au Rwanda, sur les 453 que compte ce pays.

Le gouvernement congolais se dit surtout prêt à poursuivre le processus d’amnistie pour les autres. Une intention dont doute les anciens membres du M23. « Cela fait presque un an qu’on a signé les déclarations de Nairobi », explique un responsable de l’ex-M23. « Le gouvernement congolais a largement démontré sa mauvaise foi », estime-t-il.

 

Source : http://www.rfi.fr/afrique/20141205-ouganda-rdc-rapatrier-rebelles-m23-congo-declarations-nairobi/

Commentaires

commentaires

Etiquetté avec