ÉQUIPEMENTS EBOLA : L’AMÉRIQUE EN DEMANDE, L’AFRIQUE EN MANQUE

Alors que le nombre de victimes d’Ebola ne cesse d’augmenter en Afrique de l’Ouest, les équipements de protection pour le personnel soignant commencent à se rarefier sur le terrain. En cause: l’explosion de la demande aux Etats-Unis, où seuls six cas, dont deux mortels, ont été déclarés.

L’Afrique va-t-elle manquer d’équipements de protection anti-Ebola? Alors que la demande est en forte augmentation aux Etats-Unis, combinaisons hermétiques, masques et sur-chaussures commencent à manquer en Afrique, et notamment en Sierra Leone, l’un des trois pays fortement touchés par le virus, rapporte le Wall Street Journal, cité par Slate.

Les fabricants dépassés par la demande

Outre-Atlantique, la demande de panoplies de protection a explosé depuis le diagnostic d’un premier cas de virus sur le sol américain, en septembre dernier. Et ce, en dépit du fait que le nombre de malades aux Etats-Unis ne soit en rien comparable avec le nombre de personnes touchées en Afrique de l’Ouest.

« Ebola a touché plus de 15.000 personnes en Afrique de l’Ouest, plus de 5.400 en sont mortes. Les Etats-Unis ont eu six cas, deux personnes sont mortes », rappelle ainsi le Wall Street Journal.

Résultat: les fabricants ne parviennent pas à faire face à la demande, et sur le terrain, où les équipes sanitaires sont en première ligne face au risque de contamination, l’équipement commence à se raréfier, même si la capacité de production des principaux fabricants DuPont et Lakeland Inc. a été renforcée, début novembre, pour parer à toute pénurie.

Ainsi, Médecins Sans Frontières (MSF) explique que le manque d’équipements de protection est devenue une véritable source de stress pour les équipes humanitaires déployées en Afrique de l’Ouest, qui s’ajoute à la gestion difficile de la propagation de la maladie.

Une « réserve stratégique » pour les Etats-Unis

Cette forte hausse de la demande aux Etats-Unis s’explique par le fait que l’obligation du port d’une panoplie de protection ne se limite désormais plus aux seuls professionnels de santé. Ainsi, comme le précise Slate, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies américain a commandé, début novembre, pour 2,7 milliards de dollars d’équipements, afin d’assurer au pays une « réserve stratégique » pour faire face à des situations d’urgence.

Pour tenter de remédier au problème, le fabricant DuPont a été forcé d’établir un ordre de priorité dans les livraisons: le personnel médical en contact direct avec les malades, en Afrique de l’Ouest, est évidemment prioritaire, puis viennent les hôpitaux accueillant des cas suspects ou confirmés dans d’autres pays, puis, enfin, les clients industriels. Signe de la gravité du problème, des clients ont même contacté des entreprises non spécialisées dans la fabrication de ce genre d’équipement de protection. C’est le cas de Safety Trading Co., un fabricant d’équipement textile industriel sud-africain.

 

Source : http://www.bfmtv.com/international/face-a-l-explosion-de-la-demande-aux-etats-unis-l-afrique-manque-d-equipements-anti-ebola-848936.html

Commentaires

commentaires

Etiquetté avec