• Accueil
  • >
  • ECONOMIE
  • >
  • Depuis 1973, la Mauritanie ne regrette pas d’avoir quitté le CFA

Depuis 1973, la Mauritanie ne regrette pas d’avoir quitté le CFA

Depuis trois ans, Abdel Aziz Ould Dahi diplômé de l’Ecole Polytechnique de Lausanne en Suisse dirige la Banque Centrale de Mauritanie qu’il compte réformer en profondeur. Agé de 52 ans, il a autorisé la mise en circulation du nouvel Ougiya, la monnaie mauritanienne et envisage amorcer les chantiers sur le changement de statut et la projection de son institution. A 52 ans, il pilote la réforme monétaire et les projets à venir.
Abdel Aziz Ould Dahi: « C’est un projet qui a un double objectif. Le premier objectif, qui est celui de court terme, me semble avoir été atteint car la réforme s’est passée dans de relatives bonnes conditions. Au mois de juin 2018 donc à six mois, le retour des anciens billets a déjà atteint 96% sur une période de temps fixé à un an. Nous avions même pensé que les gens se presseraient à la dernière minute. Mais la campagne de communication autour des nouveaux billets, qui ont suscité un engouement, a été bonne. L’action a été coordonnée entre la Banque centrale, le privé, le public, les autorités administratives, les politiques pour atteindre l’intérieur du pays.»
A propos du franc CFA, Abdel Aziz Ould Dahi donne son point de vue : «Nous n’avons pas la prétention de donner des leçons à qui que ce soit. Quitter le Franc CFA, c’est un choix que nous avons fait en 1973. C’est un choix qui se justifiait parce que la Mauritanie était un pays naissant qui avait l’ambition de prendre en main sa propre destinée c’est-à-dire de mener sa propre politique monétaire. C’est donc le choix d’un pays souverain dans ce domaine. D’un autre côté, on ne dit pas aux autres pays : « faites comme nous !». En tout cas, nous avons fait ce choix et nous ne le regrettons pas.»
Le président ivoirien et son homologue français ont annoncé samedi 21 décembre la fin du franc CFA en remplacement de l’ECO, la future monnaie unique utilisée par les pays de l’UEMOA.
Prince Khalil

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook