• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • ‎[SOCIÉTÉ] UN HÔPITAL BRÉSILIEN ENCOURAGE LE DÉFRISAGE DES CHEVEUX CRÉPUS

‎[SOCIÉTÉ] UN HÔPITAL BRÉSILIEN ENCOURAGE LE DÉFRISAGE DES CHEVEUX CRÉPUS

La Maternité Santa Joana s’excuse pour le texte dans lequel dans lequel elle affirmait que les cheveux lisses sont « plus beaux ».

Les militants qui combattent le préjugé racial ont qualifié « d’absurde » le texte publié (Le 16 janvier dernier) sur le site d’une maternité avec des conseils aux mères qui veulent défriser les cheveux crépus de leurs filles. Le post a été effacé après les critiques sur les réseaux sociaux.

A cause de la polémique, l’hôpital Santa Joana, situé à Paraíso, à l’ouest de São Paulo, a retiré le message de son site en fin de soirée et a déclaré dans une note que « l’intention n’était pas d’offenser qui que ce soit ».

Le texte intitulé « Ma fille a les cheveux très crépus. À partir de quel âge je peux les défriser? », comportait la photo d’une petite fille noire et se trouvait dans un espace regroupant des orientations données aux parents.

Un des extraits affirmait que « certaines mères ont recours à ces alternatives [technique de défrisage] pour rendre leurs enfants plus belles ». Le blog prévenait des risques des produits chimiques et affirmait que « le formol ne peut être pas être utilisé ».

Pour Douglas Belchior, 34 ans, coordonnateur de l’ONG UNE afro, qui combat la discrimination contre les noirs, la publication « contribue à alimenter l’exigence d’une beauté qui n’est pas brésilienne ».

Selon la maternité, « la majorité des sujets publiés proviennent des doutes et questionnements reçus ». Le contenu est écrit par une entreprise tierce.

« L’hôpital a perdu l’opportunité d’utiliser cette question pour éclairer, plutôt que de réaffirmer les préjugés », indique Luciete Silva, 40 ans, coordonnatrice du mouvement noir Círculo Palmarino.

Selon elle, le blog pourrait apprendre aux mères comment coiffer les cheveux sans meurtrir la tête de l’enfant et et comment prendre soins des cheveux.

Selon la militante -qui porte ses cheveux crépus, « avec beaucoup de fierté »-, c’est « surprenant et malsain » que la préoccupation d’un père ou d’une mère soit de modifier les caractéristiques physique de sa petite fille.

La maternité a également informé dans la note que le texte était « purement informatif », et visait à « orienter les mères quant à l’utilisation de produits chimiques sur leurs enfants, selon les normes d’Anvisa ».

Après les répercussions, les références au texte ont également été exclues des profils de l’institution sur les réseaux sociaux.

« C’est de manière subtile que le racisme apparaît, non pas dans les intentions, mais dans la pratique », affirme l’avocat Sílvio Luiz de Almeida, président de l’Institut Luiz Gama, qui oeuvre dans la défense des noirs, des minorités et des droits humains. « C’est ne pas reconnaître une caractéristique qui est naturelle chez les afro-descendants, que de considérer le cheveu comme quelque chose d’indésirable, d’inférieur. Ils peuvent même dire qu’ils ne font que répondre à une question, mais ils sont en train de reproduire des pratiques racistes », critique-t-il.

Source : Guyzo du Camer

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video