• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • ‎[SOCIÉTÉ] LIBERIA : LE SÉNAT INTERDIT LE MARIAGE HOMOSEXUEL

‎[SOCIÉTÉ] LIBERIA : LE SÉNAT INTERDIT LE MARIAGE HOMOSEXUEL

Les sénateurs libériens ont voté vendredi à l’unanimité un amendement à la Constitution interdisant le mariage entre personnes du même sexe, a constaté un journaliste de l’AFP.

Alors que l’homosexualité est un tabou au Liberia, et la sodomie considérée comme un délit, la question du mariage entre personnes du même sexe n’a pas fait l’objet d’une loi, mais d’un amendement à un article de la Constitution.

Cet article interdit déjà la polygamie et mariage entre parents. L’amendement y ajoute « les personnes du même sexe », selon la lecture faite par le président du comité des affaires judiciaires, des pétitions et des droits de l’homme, Joseph Nagbe.

L’amendement a été déposé par Jewell Taylor, sénatrice, ex-femme de l’ancien président Charles Taylor condamné le 30 mai à 50 ans de prison pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre en Sierra Leone.

« Mon amendement vise à s’assurer que deux personnes du même sexe, selon nos lois, ne seront pas autorisées à se marier », a expliqué Mme Taylor.

L’adoption de la loi dépend en dernier resssort de la présidente qui a déjà dit qu’elle opposerait son veto à toute loi sur l’homosexualité que ce soit pour la légaliser ou pour durcir les lois déjà existantes.

Un autre projet de loi déposé à l’Assemblée nationale vise à considérer comme un crime les relations sexuelles entre personnes du même sexe.

Ces décisions interviennent après un vif débat public sur les droits des homosexuels à la suite du dépôt par un groupe de militants d’un projet de loi légalisant le mariage entre personnes du même sexe.

La position de la présidente sur les droits des homosexuels n’est pas claire.

« Nous aimons nos façons d’être. (…) Nous avons certaines traditions dans notre société que nous voulons préserver », a-t-elle affirmé dans une interview au journal britannique The Guardian.

Les Etats-Unis, principal partenaire économique du Liberia, ont averti en décembre qu’ils étudieraient la situation des droits des homosexuels avant d’attribuer leur aide, ce qui a contrarié beaucoup d’États africains qui considèrent que l’homosexualité n’est « pas africaine ».

« Je pense que si des législations discriminaient des groupes, nous devrions en tenir compte dans notre relation », a déclaré mardi la porte-parole du Département d’Etat américain Victoria Nuland en réponse à l’interview.

Dans une lettre au Guardian, le gouvernement libérien a répondu qu’il n’y avait pas au Liberia de loi « anti-gay » et que « s’il y en avait une, la présidente ne pourrait pas la défendre ».

Source : Le Nouvel Observateur

Image d’illustration : Ellen JOHNSON SIRLEAF, Présidente du Liberia.

[ad#ad-adsente-texte-3]

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video