• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • ‎[POLITIQUE]RDC : L’ARMÉE RWANDAISE RENFORCE SES POSITIONS AUTOUR DE GOMA

‎[POLITIQUE]RDC : L’ARMÉE RWANDAISE RENFORCE SES POSITIONS AUTOUR DE GOMA

Mauvais augure sur les négociations de Kampala: Les nouvelles en provenance de Kampala ne sont pas rassurantes. De profondes divergences persistent entre les deux parties. Kinshasa préfère limiter les discussions autour du seul accord du 23 mars 2009, alors que le M23 attend des réponses à ses revendications qu’il revoie à la hausse au jour le jour. Une situation qui n’augure pas de bonnes perspectives quant à la sortie de crise. Anticipant sur une éventuelle impasse à Kampala, l’armée rwandaise renforce sérieusement ses positions autour de Goma. Sans doute, pour faire plier Kinshasa aux exigences du M23.

Les discussions ouvertes le week-end dernier à Kampala entre la délégation de Kinshasa et celle du Mouvement du 23 mars (M23) tardent à prendre de l’envol. Des sources concordantes rapportent qu’il persiste de profondes divergences entre les deux parties, chacun préférant tirer la couverture de son côté pour trouver gain de cause au bout du dialogue.

Kinshasa se montre de plus en plus intransigeant sur sa ligne de conduite. Selon la délégation conduite par Raymond Tshibanda, ministre des Affaires étrangères, les discussions devraient se limiter juste à l’évaluation de l’accord du 23 mars 2009. Tout autre sujet non lié à cet accord serait-il, selon lui, mal venu. Un point de vue qui n’est pas partagé par la délégation du M23 qui a formulé ses revendications bien au-delà du seul cadre de l’accord du 23 mars 2009 sur lequel, par contre, il avait justifié auparavant, la création de ce mouvement.

Ce n’est pas encore, certes, l’impasse mais, ce langage des sourds n’est pas de bon augure. Il ne rassure pas non plus au point que l’on craint de plus en plus la reprise des hostilités sur le théâtre des opérations.

A ce sujet, radio Okapi a livré jeudi sur son site l’information selon laquelle le Rwanda intensifierait sa présence militaire à la frontière avec la RDC. Des sources contactées par la radio onusienne signalent que des militaires de Rwanda Defense Forces (RDF), seraient entrés en RDC le mercredi 12 décembre, via les deux postes frontaliers de Kasizi et Kanyanja, au Nord de Goma, dans le territoire de Nyiragongo. C’est le territoire actuellement occupé par les rebelles du M23.

Quant aux sources locales citées par radio Okapi, elles rapportent que les militaires rwandais ont d’abord été aperçus le mardi 11 décembre dans la matinée. Ils seraient arrivés à bord d’une dizaine de camions avec des munitions et autres effets de guerre. Cinq autres véhicules chargés de soldats de la RDF seraient arrivés le mercredi 12 décembre 2012 dans la matinée à Kibati, à une dizaine de kilomètres au Nord de Goma.

Les mêmes sources ajoutent qu’une quarantaine d’hommes en tenue militaire et lourdement armés auraient aussi assiégé la localité de Mudja, avant de s’en retirer vers une destination inconnue.

Interrogée à ce sujet, la Société civile du Nord-Kivu a, par son porte-parole, confirmé ces informations. Lesquelles ont été vite réfutées un des responsables du Mécanisme conjoint de vérification des frontières. Il a nié les faits, affirmant attendre un mot de sa hiérarchie, c’est-à-dire la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL).

La RDC prise en étau

L’attitude du Rwanda n’est pas étrange. Elle tient d’une démarche mûrement réfléchie qui ne vise qu’une seule chose : faire plier Kinshasa aux revendications du M23. Parrain du M23 avec qui il partage des liens ombilicaux, le Rwanda ne semble pas prêt à lâcher du lest. Il continue à préparer le terrain à son poulain de sorte que le moment venu, la reprise de Goma soit facilitée.

En clair, la RDF se prépare à accompagner le M23 pour donnerun nouvel assaut sur la ville de Goma, au cas où Kinshasa gardera sa ligne de défense, c’est-à-dire celui limitant les discussions de Kampala au seul accord du 23 mars 2009. Comme on le voit, Kinshasa semble pris en étau par des pyromanes qui se sont découvert la vocation de sapeurs-pompiers. D’aucuns n’hésitent à dire que Kigali tiendrait véritablement Kinshasa par les couilles. Ployant sous le poids des pressions internationales, il se rabat sur Kinshasa dont il connaît les forces et les faiblesses pour l’avoir infiltré à tous les niveaux et depuis belle lurette. Coincé, la partie congolaise aux négociations de Kampala pourrait finir par lâcher prise et faire de larges concessions aux revendications du M23.

Le plus évident est qu’en adhérant au schéma de Kampala, savamment concocté par Kigali et Kampala, deux capitales reconnues comme principal soutien du M23, Kinshasa devait s’attendre à ce genre de situations désagréables où il se verrait obligé de se détourner de sa ligne d’attaque. C’est justement ce que vise Kigali. La présence de ses soldats autour de Goma n’est pas gratuite. Cela relève d’un schéma tracé en avance. Le M23 est convaincu d’y arriver – le Rwanda continuant évidemment à intensifier sa pression au front.

Ce qui a sans doute poussé son porte-parole à redoubler d’ardeur, en marge des discussions de Kampala. Malgré l’intransigeance de Kinshasa, le M23 affiche une sérénité sans pareille. « Nous voulons discuter des questions relatives à la gouvernance du pays, mais également à la légitimité du pouvoir », a affirmé son porte-parole, Bertrand Bisimwa.

Source : camer.be

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook