• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • ‎[POLITIQUE] FRANÇOIS HOLLANDE A RENCONTRÉ ETIENNE TSHISEKEDI

‎[POLITIQUE] FRANÇOIS HOLLANDE A RENCONTRÉ ETIENNE TSHISEKEDI

L‘opposition congolaise a finalement renoncé samedi à accompagner comme elle l’avait prévu son chef, Etienne Tshisekedi, à son rendez-vous avec le chef de l’Etat français, François Hollande, en raison de l’importance du dispositif policier, a-t-on appris auprès de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

M. Tshisekedi, costume et cravate sombres, est sorti peu après 18h00 locales de sa résidence pour se rendreà cette entretien, a constaté un correspondant de l’AFP.

Le visage fermé, M. Tshisekedi est parti dans une jeep blanche suivi de quatre voitures accompagné notamment de son directeur de cabinet et porte-parole, Albert Moleka. Plusieurs jeeps de policiers fermaient la cortège.

L’UDPS avait appelé ses militants à accompagner le chef historique de l’opposition congolaise à cette rencontre mais depuis deux jours les forces de sécurité interdisent tout regroupement. Dans la matinée, ils avaient dispersé environ 200 personnes qui avaient tenté de se regrouper devant le siège de l’UDPS.

Sur le boulevard Lumumba, l’une des grandes avenues refaites à l’occasion du sommet de la Francophonie, des groupes de militants, dont certains ont occupé brièvement la chaussée, ont salué leur leader à grands cris et en chantant.

Interrogé par l’AFP sur l’absence de militants pour accompagner M. Tshisekedi, son porte-parole a mis en avant « le dispositif policier très important et bien étudié pour neutraliser tout attroupement ». Ce dispositif est « très important comme pour une manifestation avec des visées violentes alors qu’en fin de compte, La population a démontré sa maturité », a-t-il dit.

M. Moleka a regretté qu’il y ait eu des blessés lors des dispersions de la matinée. « Nous déplorons des blessés, dont certains graves », a-t-il affirmé. « Nous condamnons et déplorons cette répression démesurée, et nous déplorons les jets de pierre contre les forces de l’ordre », a-t-il dit.

Samedi après-midi, après la dispersion des militants qui avaient tenté de se regrouper, la police a, selon des témoins et devant des journalistes de l’AFP, procédé à plusieurs arrestations de passants dans le quartier de Limete où habite Tshisekedi.

Le chef de l’UDPS, âgé de 79 ans, qui, depuis le scrutin contesté de 2011, se présente comme le « président élu », est reçu seul par le président Hollande à la résidence de l’ambassadeur. Dans la matinée, le président français avait reçu des représentants de l’opposition parlementaire et d’ONG.

Il a jugé que la situation des droits de l’Homme en RDC revêtait encore des « réalités inacceptables », estimant que le processus démocratique en RDC n’était « pas encore complet ».

Source : mediacongo.net

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook