• Accueil
  • >
  • HOMMAGE
  • >
  • ‎[HOMMAGE] LA MULÂTRESSE SOLITUDE : FIGURE EMBLÉMATIQUE DE LA LUTTE CONTRE L’ESCLAVAGE EN GUADELOUPE

‎[HOMMAGE] LA MULÂTRESSE SOLITUDE : FIGURE EMBLÉMATIQUE DE LA LUTTE CONTRE L’ESCLAVAGE EN GUADELOUPE

(1772- 29 novembre 1802) 

Solitude a existé, mais ce que l’on sait d’elle relève principalement de la légende.

Elle est née vers 1772, d’un viol que sa mère a subit d’un marin sur le bateau qui l’emmenait en Guadeloupe. Elle vécue les huit premières années de sa vie avec sa mère, qui s’était enfuie de sa plantation. A son adolescence, elle choisit de lutter contre l’esclavage, devient nègre marron et prend le nom de Solitude. Ce commencement de liberté la grise. C’est à la révolution française, avec la première abolition de l’esclavage, que les nègres des colonies prennent goût à la liberté.

Mais Napoléon envoie Richepanse rétablir l’esclavage en Guadeloupe en 1802, ce qui déclencha un conflit, entre les troupes Napoléoniennes et les bataillons noirs de l’armée républicaine.

A la tête d’une troupe de nègres marrons, elle se bat mais elle est vaincue et arrêtée.

Elle assiste à la résistance et les morts héroïques d’Ignace et de Delgrès.

Solitude est une maîtresse femme. Sa légende est née de son courage, que les Blancs caricaturaient, en la présentant comme folle. Voici ce qu’ils disaient d’elle :

« Elle laissait éclater, dans toutes les occasions, sa haine et sa fureur…. Et cette malheureuse allait devenir mère ! »

Solitude n’abandonna pas les rebelles et resta près d’eux, comme leur mauvais génie, pour les exciter aux plus grands forfaits. » Les plus grands forfaits correspondent donc dans la bouche de A. Lacour ( « Histoire de la Guadeloupe », 1858) à la résistance des noirs face au rétablissement de la l’Esclavage par Napoléon. Elle s’est vainement battu pour éviter une vie d’esclave à l’enfant qu’elle portait en elle.

Après son arrestation, elle est condamné à mort. Le lendemain de son accouchement, le 29 novembre 1802, elle fut exécuté.

Source : Kdog.free

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook