• Accueil
  • >
  • HOMMAGE
  • >
  • ‎[HOMMAGE] 7 AVRIL 1915: NAISSANCE DE BILLIE HOLIDAY

‎[HOMMAGE] 7 AVRIL 1915: NAISSANCE DE BILLIE HOLIDAY

Billie Holiday, de son vrai nom Eleanora Fagan, est née à Baltimore (Maryland, États-Unis) le 7 avril 1915. À sa naissance, son père était encore mineur et l’a d’ailleurs rapidement abandonné. Quant à sa mère, c’était une prostituée occasionnelle qui n’avait pas les moyens de s’occuper d’elle. Billie a eu une enfance malheureuse. Elle est ballottée de foyer en foyer et elle subit un viol à l’âge de 10 ans. En 1928, elle vit à nouveau avec sa mère, cette fois-ci à New-York. Holiday découvre à cette période le jazz dans les clubs et prend conscience de son talent de chanteuse. Elle réussit alors à travailler comme chanteuse dans un cabaret de Harlem.

En 1932, elle choisit son pseudonyme Billie Holiday, Holiday en référence au nom de famille de son père et Billie en référence au surnom qu’on lui donnait quand elle était petite. En 1933, elle est remarquée par un célèbre producteur qui travaille chez Columbia, John Hammond. Elle rencontre ensuite de nombreux artistes célèbres et talentueux (Benny Godman, Teddy Wilson, Buck Clayton, Lether Young,..) avec qui elle enregistre des tubes. Le succès est au rendez-vous grâce à son timbre de voix particulier et surtout à ses prodigieuses interprétations entre 1935 et 1942.

Entretemps en 1939, la chanteuse afro-américaine interprète au Cafe Society pour la première fois « Strange Fruit », chanson considérée comme l’une des premières manifestations du mouvement pour les droits civiques aux États-Unis. Ce titre est une métaphore comparant un Noir pendu à un arbre à un « fruit étrange » qui engendrera une « amère récolte ». Au début des années 1940, sa carrière professionnelle est au summum (« God Bless the child », « Lover Man »,…) mais sa vie privée est de plus en plus chaotique. Mal entourée, elle commence à se droguer et à boire.

Durant les années 1950, l’artiste surfe encore sur le succès et collabore toujours avec des artistes de renom. Sa réussite dans sa carrière de chanteuse ne l’empêche pas de continuer à consommer divers psychotropes illicites ou de l’alcool. Ces penchants auront raison de sa voix puis de sa vie. Le 17 juillet 1959, elle meurt à 44 ans sur un lit d’hôpital de New York. On retiendra de Billie Holiday surnommée aussi « la voix du jazz » ou « Lady Day » que c’était une grande chanteuse de jazz et l’une des premières artistes à interpréter une chanson contre la négrophobie.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook